Voici un blog consacré à l'athlétisme, son actu, les athlètes pro comme les amateurs, les techniques, les championnats et tout ce qui s'en rapproche et créer une communauté d'internautes fan d'athlé pour partager des opinions, des objectifs et tout autres info.

N'hésitez pas à donner votre avis dans les différents post, ce blog est fait pour ça :)

dimanche 21 décembre 2008

Usain Bolt à nouveau primé


Sans aucune surprise, Usain Bolt a été élu champion jamaïcain de l'année.
La fédération d'athlétisme jamaicaine (JAAA) n'a pas eu à aller chercher très loin pour élire son champion de l'année. C'est logiquement Usain Bolt, triple champion olympique à Pékin, qui a été honoré mardi soir à Kingston. Chez les filles, c'est la championne olympique du 400 m haies Melaine Walker qui a reçu la distinction.

Golden league 2009 : Jackpot des ténors


La Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) a officialisé les six épreuves comptant pour le jackpot d’un million de dollars (720.000 euros) mis en jeu par la Golden League en 2009, qui font la part belle aux principales vedettes du premier sport olympique. La perchiste russe Yelena Isinbayeva, le Cubain Dayron Robles (110 m haies), les Américains LaShawn Merritt et Jeremy Wariner sur le tour de piste, sont notamment concernés. Le sprinteur jamaïcain Usain Bolt, roi des Jeux de Pékin et vitrine médiatique, s’est en revanche déjà mis hors-jeu. Il avait affirmé, fin novembre à Monaco, où il avait été désigné athlète masculin par la Fondation mondiale d’athlétisme, qu’il ne participerait pas aux premières réunions de la Golden League, donnant la priorité aux Mondiaux de Berlin, en août.

Le jackpot récompense l’athlète vainqueur dans sa discipline à chacune des six étapes du circuit. Le million sera partagé au cas où plusieurs lauréats réalisent le score parfait. S’il n’y a pas de vainqueur à six, un demi million sera attribué celui (ou celle) qui aura gagné cinq fois. Les épreuves masculines retenues sont les 100 m, 400 m, 3000/5000 m, 110 m haies, lancer du javelot. Pour les dames, ont été choisis les 100 m, 400 m, 100 m haies, saut en hauteur et saut à la perche.

Les six étapes du circuit :

Berlin : 14 juin 2009
Oslo : 3 juillet
Rome : 10 juillet
Paris : 17 juillet
Zürich (SUI) : 28 août
Bruxelles : 4 septembre

mardi 16 décembre 2008

Vente privée exclusive adidas

lundi 15 décembre 2008

Samantha Oupsss fait de l'athlétisme

L'équipe de France Junior Troisieme aux europes

L’équipe de France a profité des Championnats d’Europe de cross organisés en Belgique pour battre, avec six médailles, son record absolu de récompenses en une édition. Un formidable résultat du, en grande partie, au carton plein des juniors hommes, avec titre pour Florian Carvalho, 3e place pour Hassan Chahdi et victoire par équipes. Avec l’argent par équipes pour les seniors hommes et le bronze pour les seniors femmes et les espoirs hommes, les Bleus ont prouvé à Bruxelles qu’ils ne manquaient pas de densité. Et qu’une nouvelle génération ne manquant pas d’ambitions était bel et bien en train de naître.

Usain Bolt songe au record du monde du 400m



Usain Bolt envisage de s'attaquer au record du monde du 400 mètres établi il y a neuf ans par Michael Johnson.

Le sprinter jamaïcain a été sacré champion olympique du 100m et du 200 mètres l'été dernier à Pékin, établissant au passage de nouveaux records du monde sur ces distances. Il pense avoir les qualités pour améliorer le record du 400m.

Bolt a déjà amélioré l'un des records de Johnson, celui du 200 mètres à Pékin, mais le 400m semble plus difficile à battre.

L'Américain l'avait amélioré de 0.11 seconde aux championnats du monde de Séville en 1999, en 43.18.

"Tout le monde veut le faire", a déclaré Bolt dans un entretien accordé à la BBC. "Il n'y a pas de championnat majeur en 2010, je pourrais donc m'attaquer au record du 400m cette année-là. L'entraînement spécifique au 400m est tellement plus dur, mais j'y pense."

Tia Hellebaut enceinte


La Belge Tia Hellebaut, championne olympique du saut en hauteur à Pékin en août, annonce sa retraite sportive.


L'athlète âgée de 30 ans, qui partage la vie de son entraîneur Wim Vandeven, a dit être enceinte.


"Nous avons décidé de laisser faire la nature et de la laisser décider si je continuerai à sauter en hauteur ou pas l'année prochaine. Et la nature a décidé très rapidement puisque je suis tombée enceinte mi-octobre", a dit Hellebaut.


La Belge, championne d'Europe, a créé la surprise en remportant le concours de la hauteur aux Jeux olympiques de Pékin aux dépens de la favorite et championne du monde, la Croate Blanka Vlasic, invaincue pendant 34 concours avant cet échec.

Lolo Jones "athlète humanitaire" 2008



La championne américaine de 100 m haies Lolo Jones a été élue athlète humanitaire de l'année, par la fédération américaine d'athlétisme.

Auteur de la meilleure performance mondiale de l'année et championne du monde du 60 m en salle, Jones a dominé la discipline cette année, avant de subir une terrible désillusion aux jeux Olympiques de Pékin cet été : largement en tête, elle avait accroché la 9e haie et terminé


En juillet, elle a reversé les 4.000 dollars de prime récoltée lors des qualifications américaines pour les JO à un fonds destiné à venir en aide à une mère célibataire de l'Iowa victime d'inondations.

Les sponsors de la championne ont suivi son geste, portant la somme totale à 12.000 dollars. Elle-même originaire de l'Iowa, Jones a aussi donné 3.000 dollars à son ancien lycée de Des Moines. De passage dans la ville pour un meeting d'athlétisme en avril, elle a également offert une paire de chaussures de course à chaque jeune fille membre de l'équipe d'athlétisme du lycée.

"J'ai reçu de l'aide de la part d'organisations caritatives et de programmes d'aides depuis que je suis jeune, il était donc normal que j'en rende", a expliqué la championne.

Championnats d’Afrique Juniors : Confusion autour du pays organisateur

Vivian Gungaram, vice-président de la CAA et secrétaire administratif de l’AMA.Alors que l’Association mauricienne d’Athlétisme (AMA) peaufine son dossier afin d’organiser les Championnats d’Afrique juniors l’année prochaine, dans la newsletter de novembre de la Confédération africaine d’athlétisme (CAA), le président de cette instance, Hamad Kalkaba Malboum, annonce que cette compétition aura lieu à Bata en Guinée équatoriale, et va même jusqu’à donner les dates : 2 au 5 juillet.
Stupéfaction du côté mauricien. « Ah bon ? La Guinée ? Qui a dit ça ? Je ne suis pas au courant de ça », lâche Vivian Gungaram, vice-président de la CAA et secrétaire administratif de l’AMA, avant de poursuivre : « C’est impossible. J’ai eu Lamine Diack, le président de l’IAAF pas plus tard que lundi, car il voulait se tenir au courant de l’évolution de la situation concernant l’organisation de cette manifestation à Maurice ».
On comprend la réaction de Vivian Gungaram vu que ce sont les instances régentes de l’athlétisme régional et mondial, en l’occurrence la CAA et l’International Association of Athletics Federations (IAAF), elles-mêmes, qui ont demandé à Maurice de reprendre le flambeau organisationnel après le retrait des Seychelles.
C’est, donc, à Maurice de dire si elle pourra, ou pas, assumer l’organisation de cet événement majeur du calendrier africain. Mais avant de rendre une réponse définitive, l’AMA a besoin du soutien financier de l’état mauricien.

Stéphane Diagana : «Redonner du poids aux entraîneurs»


L'ancien champion du monde du 400 m haies porte un regard d'expert sur les malheurs français.

Toujours président de la Ligue nationale (LNA), à titre bénévole, Stéphane Diagana est également membre du comité directeur de la Fédération, pour lequel il se représente ce week-end. Il plaide pour la rigueur et l'esprit d'équipe.

LE FIGARO. - L'automne a été meurtrier pour l'athlétisme français. Comment expliquez-vous la désaffection de ses partenaires ?
Stéphane DIAGANA. - Le départ de la Caisse d'épargne, très investie dans le cyclisme, ne nous a pas surpris et je ne pense pas que ce soit lié aux résultats de l'équipe de France. Pour Gaz de France, c'est un autre problème. Ils ont choisi le tennis féminin, peut-être parce que la visibilité est plus forte dans la saison que l'athlétisme.

Le principal pourvoyeur de fonds de la LNA s'est également retiré. Que va devenir la Ligue ?
Pour le groupe Lagardère, l'explication est différente. Les négociations n'ont pas abouti. Je les avais rencontrés avant les Jeux et il y avait déjà quelques nuages. Et lorsque les résultats ne sont pas très bons, cela n'aide pas. Certaines choses ont peut-être été faites un peu vite de part et d'autre et il n'est pas exclu de tout reprendre à zéro et de rediscuter. Mais cela ne nous empêche pas d'envisager la suite. On sait qu'Areva est intéressé.

Sur un plan plus sportif, comment tirer les leçons de l'échec de Pékin ?
Les résultats se sont placés dans la moyenne basse, mais ils ne sont pas la pire chose arrivée là-bas. Concernant l'encadrement et la responsabilité, je pense qu'une cohésion plus forte est nécessaire. Le DTN doit exprimer clairement le choix des gens avec lesquels il a envie de travailler. On pourrait choisir d'aider de façon plus importante les athlètes qui s'entraînent avec ces entraîneurs choisis par la DTN. Il serait intéressant de redonner du poids aux entraîneurs.

La création d'un poste de directeur de l'élite ou de sélectionneur aux côtés du DTN semble dans l'air. Vous aviez été pressenti il y a quatre ans. Qu'en pensez-vous ?
Il y a quatre ans, la définition du poste de directeur de l'élite n'était pas un poste de sélectionneur. C'était un choix, mais dans d'autres sports, c'est différent. Aujourd'hui, si le DTN veut faire le travail de développement, il faut y passer beaucoup de temps, même si l'on a des adjoints. C'est un profil assez particulier et différent de celui du sélectionneur. Séparer les deux postes n'est pas une mauvaise chose.

Au niveau des sélections, faudrait-il redéfinir leurs modalités ?
Il faudrait une plus grande rigueur, ne pas hésiter à dire : «Je ne te sélectionne pas, pas parce que tu n'es pas compétitif, mais parce que tu n'as pas tenu tes engagements.»

L'esprit d'équipe fait-il défaut chez les Français ?
Il y a des choses à faire pour créer un esprit de corps. Même dans le rugby ils trouvent le moyen de se regrouper en stage commando. Alors que nous en athlétisme, sport individuel où cela serait encore plus nécessaire, on n'a jamais fait un regroupement hors médical ou technique, pour créer une équipe de France avec des moments partagés. Ce n'est pas simple, mais il faut créer un cadre pour que les gens aient envie d'être ensemble.

Avez-vous un candidat pour ce week-end ?
Je voterai. Il y a deux candidats expérimentés qui sont Philippe Lamblin et Bernard Amsalem. S'il y avait péril en la demeure, un candidat dangereux pour l'athlétisme et un autre qui serait le «messie», je me positionnerais. Mais ce n'est pas le cas.

Décès d'un athlète russe Germain Skurygin

Le russe vice-champion du monde du 50km marche à Paris en 2003, est décédé suite à un arrêt cardiaque, vendredi dernier. La nouvelle n'a été publiée que ce mardi par la Fédération russe, sans doute afin de repecter les douloureux moments endurés par la famille du marcheur. German Skurygin avait été au coeur d'un scandale au Mondial de Séville, en 1999, où il avait remporté l'or avant d'être convaincu de dopage et suspendu deux ans par l'IAAF.

Eunice Barber condamnée à 5.000 euros

"Je vais parler avec mes avocats et on va faire appel", déclare Eunice Barber après sa condamnation pour outrage

Eunice Barber a été condamnée mardi à 5.000 euros d'amende par le tribunal correctionnel de Bobigny, qui l'a reconnue coupable de "refus d'obtempérer, rébellion et outrage", en 2006 à Saint-Denis. La championne d'athlétisme devra dédommager les six policiers parties civiles, dont le préjudice moral ou de souffrance a été évalué entre 350 et 1.050 euros par le juge de la 11e chambre, ainsi que payer 700 euros pour leurs frais de justice.

"Je ne suis coupable de rien (...) eux [les policiers, NDLR] savent ce qu'ils ont fait", réagit l'athlète âgée de 34 ans, en estimant que cette décision est "plus que de l'injustice. (...) Je vais parler avec mes avocats et on va faire appel". Eunice Barber conteste avoir résisté violemment à une interpellation le 18 mars 2006 à Saint-Denis, alors qu'elle s'était engagée au volant de sa voiture dans une voie exceptionnellement interdite près du Stade de France. Elle affirme avoir été giflée d'emblée par un agent de la circulation, ce que celui-ci nie et qu'aucun témoin n'est venu confirmer, hormis Margaret Barber, la mère de l'athlète, passagère du véhicule. Elle accuse les agents d'avoir agi "peut-être" par "racisme", mais reconnaît toutefois avoir mordu deux agents pour "protéger" son corps, son "outil de travail".

mercredi 26 novembre 2008

Usain Bolt donne la priorité aux Mondiaux


Usain Bolt, désigné sans surprise athlète de l'année dimanche à Monaco, a indiqué qu'il ne participerait pas aux premières étapes de la Golden League, le circuit de prestige de la Fédération internationale (IAAF), pour donner la priorité aux Mondiaux.

"La priorité, ce sont les Mondiaux en août à Berlin. En 2010, ce sera différent", a souligné le triple champion olympique de Pékin (100/200/relais 4X100 m).

Très attaché à son île, Bolt, 22 ans, avait préparé la saison 2008 avec très peu d'apparitions à l'étranger, la première le 31 mai à New York où il avait amélioré le record du monde du 100 m (9.72).

Montgomery avoue pour les JO 2000


Suspendu de toutes compétitions en décembre 2005 suite à un usage de stéroïdes, privé rétrospectivement de son record du monde du 100 m établi à Paris en 2002, et emprisonné pour une affaire de drogue et de fraude, Tim Montgomery a avoué, lors d'un entretien sur la chaîne américaine HBO, qu'il avait eu recours au dopage...pour les Jeux de Sydney. En 2000, déjà, le sprinter américain «utilisait des substances pour booster (son) taux de testostérone». «J'utilisais aussi des hormones de croissance quatre fois par mois, poursuit-il. J'ai une médaille d'or que je n'ai pas gagné grâce à mes capacités. J'ai brisé les règles».

Agé de 33 ans, Montgomery purge actuellement une peine de neuf ans de prison. Ses aveux pourraient avoir un effet boule de neige, concernant la réattribution de la médaille d'or remportée par le relais américain sur 4x100 à Sydney. Comme dans le cas de l'affaire Marion Jones, ou celle d'Antonio Pettigrew. Ce dernier, convaincu de dopage, a provoqué le retrait du titre olympique obtenu par le relais américain sur 4x400 à Sydney. Une nouvelle performance US pourrait donc disparaître des tablettes prochainement.

Eunice Barber : 2 mois de prison


Deux mois de prison avec sursis ont été requis mercredi par le procureur de la 11e chambre du tribunal correctionnel de Bobigny à l'encontre d'Eunice Barber, pour s'être rebellée lors d'une interpellation le 18 mars 2006 à Saint-Denis.

L'heptathlète avait à l'époque mordu des policiers lors d'une interpellation musclée, et les avait accusés de maltraitance. Quelques jours après, l'athlète avait saisi l'IGS, affirmant que les agents n'avaient «pas respecté l'éthique policière». Elle avait également confié sa détermination à vouloir «témoigner pour des individus qui se font tabasser comme ça». Des plaintes avaient été déposées par les deux parties. Mais à ce jour, seule Barber a été mise en examen et renvoyée devant la justice, les arguments déposées par la native de Freetown (Sierra Leone) n'ayant pas été retenus, et ses plaintes ayant abouti à un non-lieu.

mardi 25 novembre 2008

Usain Bolt et Irina Isimbayeva Athlétes de l'année 2008


Le Jamaïcain Usain Bolt, triple médaillé d'or (100/200/relais 4X100m) aux Jeux de Pékin, et la perchiste russe Yelena Isinbayeva ont été désignés athlètes de l'année 2008 par la Fondation internationale d'athlétisme, dimanche à Monaco.

Bolt, 22 ans, et Isinbayeva, 26 ans, première femme à remporter le trophée trois fois, avaient embelli leurs succès olympiques respectifs d'autant de records du monde.

Les récipiendaires touchent chacun un chèque de 100.000 dollars (80.000 euros) de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF).

Si Bolt, surnommé la "foudre" et que certains éliraient déjà athlète du XXIe siècle, était imbattable dans la catégorie messieurs, la désignation d'Isinbayeva ne relève pas que de raisons sportives.

L'Ethiopienne Tirunesh Dibaba peut en effet se prévaloir d'une année sans défaite, avec notamment deux médailles d'or à Pékin (5000/10.000 m), un record du monde (5000 m) et un nouveau titre planétaire en cross-country.

Mais, ne parlant pas anglais, Dibaba est assurément une moins bonne ambassadrice que la Russe. De plus, la Fondation avait l'an dernier élu sa compatriote Meseret Defar, également représentante du demi-fond.

dimanche 23 novembre 2008

une année 2008 inoubliable pour Lamine Diack


Le président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), Lamine Diack, a déclaré vendredi à Monaco qu'il avait vécu en 2008 sa "plus belle année athlétique de dirigeant".
"Avant les Jeux, on nous promettait à Pékin les pires conditions à cause de la chaleur, la pollution. Or, nous avons eu neuf jours formidables avec des performances exceptionnelles, notamment de la part d'Usain Bolt", a expliqué M. Diack à l'AFP en marge de la 1re journée du Conseil de l'IAAF.
"D'ailleurs, c'est impossible que Bolt soit battu (pour le titre d'athlète de l'année qui sera officialisé dimanche lors du gala)", a ajouté M. Diack, 75 ans, président de l'IAAF depuis 1999.
Pour le reste, "c'était le dernier Conseil de l'année, comme d'habitude en novembre, et nous avons eu une longue séance avec les rapports des différentes commissions", a souligné M. Diack.
A la requête de grands champions de cross-country, dont l'Ethiopien Kenenisa Bekele, l'IAAF a demandé au Comité international olympique (CIO) de réintroduire cette discipline aux JO. Toutefois, M. Diack a reconnu qu'il n'y avait "aucune chance" que la demande soit acceptée, même aux Jeux d'hiver qui se prêteraient mieux à la spécialité des champs.
Le "gouvernement" de l'athlétisme s'est également penché sur le cas des sept athlètes russes, dont Yelena Soboleva et Tatyana Tomashova, qui ont été privées de Jeux et ont écopé de deux ans de suspension pour avoir tenté de substituer leurs échantillons d'urine lors de contrôles antidopage en 2007.
"La décision prend effet à partir de la date des prélèvements, soit avril ou mai 2007", avait précisé il y a un mois le président de la Fédération russe, Valentin Balakhnitchev. Ce qui donne la possibilité de revoir les bannies aux Mondiaux de Berlin, en août 2009.
La cellule de réflexion de la Fédératison internationale se donne jusqu'au 26 novembre pour approuver ou non le choix des dates. Sinon, ce sera au Tribunal arbitral du sport (TAS) de statuer.
Samedi, la seconde journée doit être consacrée aux présentations. Un point sera notamment proposé sur l'avancement des travaux des Championnats du monde de cross-country à Amman (Jordanie), en mars prochain. Villeneuve-d'Ascq, seul candidat, devrait se voir confier l'organisation des Mondiaux cadets 2011.

Isinbayeva veut poursuivre jusqu'à Londres


La perchiste russe Yelena Isinbayeva, en lice pour le titre de meilleure athlète de l'année décerné dimanche soir à Monaco, a déclaré qu'elle entendait poursuivre sa carrière jusqu'aux Jeux de Londres en 2012. Elle y visera un troisième titre olympique consécutif.

"J'aurai alors 30 ans et il sera temps de penser à fonder une famille, avoir des enfants", a déclaré la "tsarine", qui a conservé son titre aux JO de Pékin, avec un record du monde en prime (5m05).

"La tentation d'aller jusqu'aux Mondiaux de 2013 à Moscou ? (...) Ce serait extraordinaire de conclure devant le public moscovite. Mais il faudra que je sois encore au sommet", a poursuivi la championne de Volgograd, désormais résidente monégasque.

Isinbayeva, qui a repris son ascension après avoir stagné pendant deux ans, espère culminer en fin de carrière à 5m20. Un tel exploit lui permettrait de venir concurrencer son ex-compatriote Sergei Bubka, le perchiste du 20e siècle qui a battu 35 records du monde en salle et en plein air. Le compteur d'Isinbayeva en est pour l'instant à 24.

Liu Xiang bientôt opéré

Liu Xiang, champion olympique 2004 du 110 m haies, porte-drapeau de la délgéation chinoise aux JO de son pays, obligé de renoncer aux épreuves de Pékin en raison d'une blessure au pied droit, a déclaré samedi à Monaco qu'il serait opéré fin décembre aux Etats-Unis, probablement à Houston (Texas). «J'ai consulté de nombreux spécialistes en Chine et à l'étranger et, sur leurs avis unanimes, la décision a été prise», a indiqué à voix basse Liu, qui participera demain à la soirée de gala organisée par la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF). 

Liu, également champion du monde en 2007, a expliqué qu'il souffrait depuis plusieurs années à cause d'une calcification entre le talon d'Achille et l'os. «Je ne me souviens pas depuis combien de temps. C'était déjà le cas en juillet 2006 quand j'avais amélioré le record du monde (en 12 sec 88 à Lausanne)», a expliqué l'athlète, visage blême et regard dans le vide. Malgré la douleur récurrente, parfois «insupportable», il avait espéré jusqu'au bout prendre part aux Jeux de Pékin. Et que son forfait en série, alors qu'il avait pris place sur la ligne de départ, ne faisait pas partie d'un plan prémédité pour rendre moins cruel son forfait. 

«Les chances de succès de l'opération sont de l'ordre de 99 %, nous ont assuré les médecins. Je ne peux pas savoir comment se passera ma convalescence, mais j'espère pouvoir rechausser les pointes en juin et participer aux Mondiaux 2009», a ajouté l'icône de l'athlétisme chinois. 

Retrouvant le sourire en fin de conférence de presse, Liu Xiang a insisté sur le bonheur que lui ont procuré les performances de ses compatriotes aux Jeux (101 médailles). Et il a conclu que si le renoncement aux Jeux 2008 avait été un crève-coeur, ce n'était pas le jour le plus triste de ma vie. «C'était plutôt quand ma grand-mère est morte», a-t-il remarqué.

Usain Bolt devrait être l'athlète de l'année


Le président de la Fédération internationale d'athlétisme (IAAF), Lamine Diack, a assuré à Monaco que le titre d'athlète de l'année, qui doit être attribué dimanche, ne pouvait échapper au sprinteur jamaïcain Usain Bolt, triple champion olympique à Pékin.
"C'est impossible que Bolt soit battu", a souligné vendredi M. Diack, malgré la valeur de deux derniers adversaires (sur une 1re sélection de dix nominés), le champion olympique du 110 m haies cubain Dayron Robles et l'Ethiopien Kenenisa Bekele, empereur du demi-fond long.
Double médaille d'or (5000/10.000 m) en Chine, à nouveau champion du monde de cross, Bekele a déjà été couronné en 2004 et 2005. Quant à Robles, médaillé d'or à Pékin après avoir battu le record du monde au printemps, il a encore de belles années devant lui pour rejoindre au palmarès le Britannique Colin Jackson, athlète de l'année 1993.
Au-delà des exploits de Bolt, surnommé "la foudre", les épreuves de sprint, en premier lieu le 100 m, restent les reines de l'athlétisme. Depuis 1988, les quelques personnalités composant le jury de la Fondation pour l'athlétisme ont élu six fois un sprinteur.
En outre, Bolt est une bénédiction après des années de plomb pour le sprint planétaire, qui ont vu régulièrement tomber les idoles célébrées la veille (les Américains Justin Gatlin et Marion Jones notamment).
"Je suis arrivé la bonne année, celle des Jeux", a reconnu le sidérant Bolt, capable d'améliorer trois records du monde (100/200/relais 4X100 m) sur la piste du "Nid d'oiseau" pour donner un peu plus de lustre à ses médailles d'or.
Chez les dames, le résultat est plus incertain. Avec apparemment un avantage pour la perchiste russe Yelena Isinbayeva, déjà récompensée en 2004 et 2005. Mais, dans son cas, le choix serait aussi dicté pour des raisons "politiques". Parlant anglais, elle apparaît comme une meilleure ambassadrice que la reine éthiopienne du demi-fond Tirunesh Dibaba.

La finale mondiale 2010 à Rabat

L'IAAF a attribué la finale mondiale 2010 à Rabat (Maroc), alors qu'il n'y avait pas d'autres candidats. C'est la première fois que l'événement n'aura pas lieu dans une ville europénne, Monaco et Stuttgart ayant accueilli les éditions précédentes.

Toujours lors de son Conseil, samedi, l'IAAF a approuvé les changements nécessaires pour être conforme avec le nouveau code de l'Agence mondiale antidopage, qui entrera en vigueur le 1er janvier prochain. Autre sujet de préoccupation, les agents d'athlètes, qui devront, à partir du 1er janvier 2010, obtenir un exmane avant de pouvoir exercer.

mercredi 5 novembre 2008

Marion Jones dit à Oprah être coupable "de ne pas s'être aimée assez"


L'étoile déchue de l'athlétisme américain, Marion Jones, affirme qu'elle pense souvent qu'elle aurait remporté des médailles d'or aux Jeux olympiques de 2000 à Sydney et ce, même si elle n'avait pas consommé un stéroïde surnommé "the clear".
"Je me demandais souvent, 'Eh bien, si on ne t'avait pas donné 'the clear' penses-tu que tu aurais gagné quand même?, a déclaré Jones, à sa première entrevue depuis sa sortie de prison, lors de l'émission du talk-show de Oprah Winfrey qui a été diffusée mercredi.
"Je réponds habituellement, 'Oui'."
Jones, 33 ans, a présenté des excuses à ses coéquipières et a lu, les larmes aux yeux, une lettre qu'elle a écrite en prison dans laquelle elle déclare à ses enfants qu'elle a menti aux procureurs fédéraux parce qu'elle ne s'aimait pas assez pour dire la vérité.
Jones a décrit comment les procureurs lui ont montré un échantillon d'un stéroïde et lui ont demandé si elle en avait pris. Elle a indiqué avoir aussitôt reconnu le produit comme étant celui que son ancien entraîneur, Trevor Graham, lui avait donné, mais elle a menti.
"J'avais décidé que j'allais mentir et tenter de cacher ce que j'ai fait, a déclaré Jones durant l'émission de Winfrey, qui était enregistrée. Je savais que toutes mes performances seraient remises en question."
Elle a prétendu qu'elle croyait que le produit était de l'huile de lin et que ce sont les procureurs qui lui avaient appris que c'était en fait un stéroïde.
Jones a été libérée d'une prison fédérale du Texas, le mois dernier, après avoir purgé la majorité de sa peine de six mois. Elle a écopé celle-ci pour avoir caché s'être dopée et pour son rôle dans un réseau de fraude par chèques.
Jones a finalement admis à la cour fédérale qu'elle avait consommé "the clear" de septembre 2000 à juillet 2001. Elle a été dépouillée des trois médailles d'or et des deux médailles de bronze qu'elle avaient remportées à Sydney.
Jones a déclaré à Winfrey que sa peine était juste, tout comme la perte de ses médailles, à cause des "points d'interrogation" liés à ses performances. Elle a dit avoir l'intention de ne plus jamais courir et vouloir trouver un moyen pour amener les jeunes à prendre de meilleures décisions qu'elle.
"Je ne peux plus me cacher derrière l'athlétisme, a dit Jones. Dans le passé, j'étais Marion Jones, l'athlète. ... Je n'ai plus cette façade aujourd'hui. J'ai vraiment dû apprendre qui j'étais et pourquoi j'ai fait certains choix."
Les coéquipières de Jones au sein du relais américain ont déposé un appel au Tribunal arbitral du sport dans l'espoir de récupérer leurs médailles olympiques des Jeux de 2000. Le CIO a disqualifié ses coéquipières, tout en reconnaissant qu'aucune d'entre elles n'avait enfreint des règles.
Poussée à le faire par Winfrey, Jones s'est excusée auprès de ses coéquipières d'avoir menti aux procureurs.
"Quand j'ai mis le pied sur cette piste, je pensais que tout le monde était propre, moi y compris, a déclaré Jones. Je m'excuse d'avoir mis tout le monde dans le pétrin.
"J'essaie d'aller de l'avant. J'espère que tout le monde pourra faire de même."

Meilleurs athlètes de la saison Bekele, Dibaba, Jelimo et Mbango portent les espoirs de l’Afrique


Les meilleurs athlètes de la saison 2008 seront connus dans les prochaines semaines, lors du gala qui se tient traditionnellement à Monaco, en présence du Prince Albert 2 et du président de l’IAAF, Lamine Diack. La Salle des Etoiles du Club Sporting d’été de Monte-Carlo offrira ainsi son cadre enchanteur à ce rendez-vous des « Etoiles » de la piste mondiale.

La saison qui vient de s’écouler a été marquée par de grandes performances sur les pistes du monde. Et c’est à Pékin que la première discipline olympique a connu son apothéose avec les records du monde établis par le Jamaïcain Usain Bolt au 100m, 200m et 4x100m. Incontestablement, le jeune prodige Jamaïcain a survolé la piste. Bolt, c’est trois chronos de folie (9"69 sur 100 m, 19"30 sur 200 m et 37"10 sur 4x100 m) et autant de médailles d’or. C’est aussi une attitude, une décontraction, un sens du spectacle. Au-delà de sa victoire et de son temps sur la ligne droite, on se souviendra surtout de son pas de danse entamé avant la ligne d’arrivée. Ou encore de sa course derrière Asafa Powell après lui avoir transmis le témoin au 4x100 m. Avant même ses courses, le public du Nid d’oiseau savait déjà qu’il allait avoir droit à un one man show. Et il s’en délectait.

La Russe Yelena Isinbayeva a amélioré son record du monde du saut à la perche en franchissant 5,05 m peu après avoir glané son deuxième titre olympique, en finale à Pékin. Elle reste la seule femme à avoir franchi une barre à plus de 5 mètres. Le Jamaïcain et la Russe seront les grands favoris.

L’Afrique a bien joué sa partition au cours de la saison 2008, lors des championnats continentaux à Addis-Abeba et des autres grandes échéances internationales. L’Ethiopien Kenenisa Bekele, sa compatriote Tirunesh Dibaba, la Kenyane Pamela Jelimo et la Camerounaise Françoise Mbango sont retenus parmi les prétendants.

Bekele dans la légende

L’Ethiopien Kenenisa Bekele est entré dans la légende en devenant le 6e athlète à réussir le doublé 5000m-10000m lors de la même olympiade.

Il y a eu Haïle. Il y aura désormais Kenenisa. Sur les traces d’un doublé 5000m-10000m, Kenenisa Bekele n’a pas failli dans sa quête du graal. Mis sur orbite par son frère Tariku dans le dernier quart de la course, le champion olympique du 10000m a fait encore preuve de sa désarmante facilité et rapidité dans la dernière boucle pour dominer les kenyans Eliud Kipchoge et Edwin Cheruiyot Soi. L’Ethiopien glane ainsi son troisième titre olympique (il était tenant du titre du 10000m) et établit un nouveau record olympique en 12’57"82.

La reine, c’est Dibaba

Tirunesh Dibaba a décroché l’or olympique sur 5 000m, une semaine après son triomphe au 10 000m, damant surtout le pion à sa compatriote et grande rivale Meseret Defar. Entre les deux femmes, la concurrence était ouverte depuis trois ans, depuis le doublé 5 000-10 000 de Dibaba aux Mondiaux d’Helsinki. Dibaba s’est imposée, esseulée, en 15’41’’40, alors que Defar est arrivée quatre secondes plus tard. Avec cette deuxième médaille d’or, l’Ethiopienne est devenue la première fondeuse à réaliser un tel doublé aux Jeux Olympiques. Déjà quadruple championne du monde - sa première couronne remonte aux Mondiaux de Paris en 2003 - elle possède à seulement vingt-deux ans, un palmarès impressionnant.

Pamela Jelimo, 3e temps de l’histoire au 800m

Illustre inconnue en début de saison, la Kenyane Pamela Jelimo a établi la 3e performance de tous les temps sur 800m en s’imposant le vendredi 29 août 2008 sur la piste de Zurich (1’54’’01).

Dans l’histoire, seules la Tchèque Jarmila Kratochvila, qui a établi le record du monde (1’53’’28) le 26 juillet 1983 à Munich en Allemagne, et la Soviétique Nadezhda Olizarenko (1’53’’43) ont couru plus vite que Jelimo. La Kenyane âgée de 19 ans améliore par la même occasion, sa précédente meilleure performance mondiale établie en finale des Jeux Olympiques à Pékin (1’54’’87). Et pour boucler la boucle, Pamela Jelimo a remporté sur la piste du stade Baudoin de Bruxelles, la sixième manche de la Golden League, en signant un chrono de 1’55’’16 sur 800 m. C’est le record du meeting. Cette victoire lui permet de décrocher, seule, le jackpot d’un million de dollars réservé aux athlètes s’étant imposés à six reprises en Golden League. La Camerounaise Françoise Mbango (15,39m au Triple saut), sacrée en 2004 à Athènes, a récidivé à Pékin en accédant sur la plus haute marche du podium olympique. Une grosse performance pour cette battante qui a eu le temps de « goûter aux délices d’une maternité » avant de reprendre la compétition.

A ce jour, les Africains qui ont été sacrés meilleurs athlètes du monde sont chez les hommes, l’Algérien Noureddine Morceli (1994), l’Ethiopien Haile Gebrselassie (1998), le Marocain Hicham El Guerrouj (2001, 2002, 2003) et l’Ethiopien Kenenisa Bekele (2004, 2005). Chez les dames, la Sud-Africaine Hestrie Cloete (2003) et l’Ethiopienne Meserat Defar (2007) sont les seules Africaines à avoir connu ce privilège.

lundi 3 novembre 2008

Patrick Sébastien reçoit les athlètes médaillés des Jeux Paralympiques


Samedi 15 novembre à 20:50, Patrick Sébastien proposera sur France 2 un nouveau numéro de son divertissement « Le plus grand cabaret du monde ».

Ce mois-ci, Patrick Sébastien met à l’honneur des sportifs médaillés de l’équipe de France des Jeux Paralylmpiques de Pékin 2008 ! Ils seront tous présents sur le plateau et assisteront à des visuels toujours aussi exceptionnels.

Seront aux côtés de Patrick Sébastien :
Emeric Martin (tennis de table – médaille de bronze), David Smétamine (natation - médaille d’or), Thu Kamkasomphou (tennis de table – médaille d’or), Djamel Mastouri (athlétisme – médaille de bronze), Arnaud Assoumani (athlétisme – médaille d’or), Assia el Hannouni (athlétisme – médaille d’or), Olivier Donval (cyclisme – médaille de bronze), Natenin Keita (athlétisme – médaille d’argent), Stephane Houdet (tennis – médaille d’or), Fabrice Meunier (tir à l’arc – médaille d’argent), Sandrine Aurieres-Martinet (judo – médaille d’argent), Raphael Voltz (tir sportif – médaille d’argent).

le Brésilien Gomes remporte le marathon de New York

Le Brésilien Marilson Gomes dos Santos a remporté le marathon de New York pour la deuxième fois après son succès de 2006.

Il a doublé le Marocain Abderrahim Goumri dans les deux derniers kilomètres et s'est imposé dans le temps non officiel de deux heures huit minutes et 43 secondes.

Goumri, déjà deuxième l'an passé, a fini à 24 secondes du Brésilien.

Le Kényan Daniel Rono a pris la troisième place en deux heures 11 minutes et 22 secondes lors d'une course disputée par beau temps et qui a attiré 38.377 athlètes.

le Brésilien Gomes remporte le marathon de New York

Le Brésilien Marilson Gomes dos Santos a remporté le marathon de New York pour la deuxième fois après son succès de 2006.

Il a doublé le Marocain Abderrahim Goumri dans les deux derniers kilomètres et s'est imposé dans le temps non officiel de deux heures huit minutes et 43 secondes.

Goumri, déjà deuxième l'an passé, a fini à 24 secondes du Brésilien.

Le Kényan Daniel Rono a pris la troisième place en deux heures 11 minutes et 22 secondes lors d'une course disputée par beau temps et qui a attiré 38.377 athlètes.

samedi 1 novembre 2008

Le retour de Paul Tergat



Comme pour l'immense majorité des élus, les Helvètes courront d'abord pour participer au marathon le plus prestigieux du monde, à défaut d'être le plus prisé. Ce titre échoit au marathon de Tokyo, qui a reçu plus de 200 000 demandes d'inscriptions pour sa 3e édition le 22 mars prochain.

Trop difficile pour permettre des records avec ses derniers kilomètres tourmentés dans Central Park, le marathon de New York vaudra encore pour l'intensité de la lutte pour la victoire. La recordwoman du monde britannique Paula Radcliffe (2h15'25) fera face au redoutable défi de l'Ethiopienne Gete Wami. Une place dans les deux premières assurerait à cette dernière la victoire au classement des World Marathon Majors (titre global attribué sur deux ans après New York, Boston, Chicago, Berlin et Londres) et à ce titre un bonus de 500 000 dollars (570 000 francs).

Radcliffe (34 ans) a montré qu'elle avait surmonté sa grande déception olympique - 23e à Pékin en raison d'une blessure au fémur - en réalisant 51'11 sur 10 miles (16,09 km) il y a une semaine à Portsmouth (GB), record britannique. Deux autres athlètes au moins seront en course pour la gagne: la Kényane Catherine Ndereba, vice-championne olympique à Pékin, et l'Ethiopienne Dire Tune.

La course masculine verra le prometteur retour de l'ancien recordman du monde Paul Tergat. A 39 ans, le Kényan a perdu les cinq kilos pris ces derniers mois après deux ans d'abstinence sur marathon. Le 28 septembre, il a signé un convaincant chrono de 1h01'33 au semi-marathon de Lisbonne. Mais le favori sera le Marocain Abderrahim Goumri, 2e à Londres en avril dernier en 2h05'30. La course sera ratransmise en direct sur Eurosport (15h00 heure suisse).

L’Afrique francophone est capable de produire de grands champions en demi-fond et en fond

L’absence de grands champions dans les épreuves de demi-fond et de fond en Afrique francophone est moins liée à un problème de manque d’entraîneurs ou d’athlètes de talent qu’à un déficit de volonté et d’engagement au sein des structures dirigeantes dans ces pays, a confié à APA Hemimi Hadj Sahraoui, un expert de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF).

« L’Afrique francophone est capable de produire de grands champions dans le demi-fond et fond », martèle-t-il à l’issue d’un stage de deux semaines ayant pris fin samedi à Dakar, au Sénégal. Il a regroupé des techniciens de niveau 3 venus de quatorze pays de l’Afrique francophone.

« Le fait actuel (l’absence de grands champions dans les épreuves de demi-fond et de fond en Afrique francophone) n’est ni un problème de manque d’entraîneurs ou d’athlètes capables », poursuit-il, indiquant que « c’est juste une question de volonté et d’engagement au sein des structures dirigeantes ».

« Ce stage entre dans cet objectif qui consiste à faire réveiller les consciences et les mentalités des entraîneurs et des dirigeants pour faire bouger le demi-fond et le fond qui restent en rade par rapport aux autres spécialités », reprend l’expert de l’IAAF.

Réservé aux entraîneurs de niveau 3, ce stage de niveau 4 vise à améliorer le niveau de connaissance des techniciens pour leur permettre d’assurer l’enseignement et un meilleur suivi du demi-fond et du fond en Afrique francophone.

En outre, il suggère la mise à disposition de moyens conséquents pour faire bouger les choses et atteindre les objectifs.

« Si l’on compare ce qui se fait en Afrique par rapport aux autres continents, comme l’Europe ou l’Amérique, on voit que les autres font beaucoup plus dans la formation, dans les infrastructures, dans la motivation de athlètes et des encadreurs », explique Hemimi Hadj-Sahraoui, indiquant que « chez nous, rien n’est fait dans ce sens-là. Sinon peu pour pousser les jeunes vers cette spécialité et insister auprès des formateurs travaillant généralement dans le bénévolat à consacrer plus de temps à l’enseignement de l’athlétisme ».

Les épreuves du demi-fond et du fond sont dominées au niveau mondial par les athlètes de l’Afrique de l’Est (notamment ceux de l’Ethiopie, du Kenya et de l’Erythrée), les Algériens ou les Marocains.

« L’athlétisme africain a prouvé lors des derniers Jeux olympiques à Pékin et en d’autres occasions qu’elle fait partie de la crème mondiale », rappelle l’expert de l’IAAF, préconisant de « continuer le travail et de voir tous les domaines qui nécessitent d’autres efforts et des investissements pour maintenir le cap, voire aller plus loin ».

vendredi 31 octobre 2008

Diniz sera présent aux 20 km de Paris


Yohann Diniz va effectuer son retour dimanche à l'occasion des 20 km de Paris, qu'il compte boucler en marchant au bénéfice d'une association. Le Rémois n'a plus goûté à la compétition depuis son échec lors du 50 km marche des Jeux Olympiques de Pékin en août dernier. «Je vais marcher pour DEFI (Donnons de l'Espoir Face à l'Inconnu). Ca me permet de faire une petite rentrée», a expliqué Diniz, mercredi.

Le vice-champion du monde 2007 du 50 km marche représentera une centaine de "Défieurs" qui arboreront un maillot rose frappé, au dos, du slogan: «On ne court pas comme des malades, on court pour des malades avec DEFI». Depuis cinq ans, cette association vient en aide aux jeunes adultes gravement malades ou accidentés à réaliser un projet de vie.

Tim Montgomery condamné à cinq ans de prison


L'athlète américain Tim Montgomery, ancien champion olympique suspendu par la justice sportive, a été condamné à cinq ans de prison dans une affaire de trafic d'héroïne.

Montgomery, médaillé d'or en 2000 à Sydney avec le relais 4x100 mètres américain, a été condamné par le tribunal de Norfolk, en Virginie, pour tentative de vente d'héroïne, selon un document judiciaire. Il avait plaidé coupable en juillet dernier.

Montgomery avait battu le record du monde du 100 mètres en 2002 à Paris avec un chrono de 9"78 avant d'être effacé des tablettes pour prise de stéroïdes. Il est suspendu depuis 2005.

En mai dernier, le sprinteur a été condamné à 46 mois de prison pour fraude bancaire et blanchiment d'argent dans une affaire qui impliquait aussi son ancienne compagne Marion Jones, condamnée à six mois de prison.

Bientôt la course de l'heure de Gebre



Il ne s'arrête jamais. Alors qu'il vient d'améliorer son record du monde du marathon à Berlin (2h03'59''), Haile Gebreselassie envisage désormais de s'attaquer à celui de l'heure... qu'il détient déjà ! L'Ethiopien espère améliorer la marque établie en 2007 à Ostrava (21,285 km).

La tentative devrait avoir lieu le 1er juin prochain à Hengelo, sur le sol de son manager, Jos Hermens. A bientôt 36 ans, celui qui a déjà battu 25 records du monde ne semble donc pas rassasié.

Marial Mbadjock rejoint John Smith à Los Angeles


Martial Mbandjock, demi-finaliste à Pékin sur 100m, a décidé de quitter le Team Lagardère et son entraîneur Guy Ontanon pour rejoindre John Smith à Los Angeles, l'ancien coach de Marie-José Pérec.


Une petite année et puis s'en va. Après avoir passé une saison au sein du Team Lagardère sous la direction de Guy Ontanon, Martial Mbandjock a décidé de changer d'air. Le sprinteur français, dont le record sur 100m est fixé à 10"06 depuis le 25 juillet dernier à Albi, va traverser l'Atlantique et rejoindre la côte ouest américaine : direction la Californie et Los Angeles où l'attend le HSI de John Smith, l'ancien coach de Marie-José Pérec et de Maurice Greene notamment. "J'avais envie de voir autre chose. Ce projet de m'entraîner aux Etats-Unis, je le nourris depuis longtemps. Là, j'ai eu une opportunité, j'ai foncé. Ça ne remet pas en cause ce que j'ai pu faire cette année" , reconnaît Mbandjock dans les colonnes de L'Equipe ce mercredi.

Le désir "d'être poussé, mis en danger à l'entraînement" a motivé son choix d'exil : "Je n'ai rien contre le système (français). Mais quand on regarde le sprint, on voit bien que ce n'est pas en Europe que ça se passe. Les Américains, ils savent pourquoi ils sont là : gagner. Ils ne font pas de cadeaux. Tout est pro du début à la fin. Car être pro, ce n'est pas seulement signer un contrat" . Du côté de Guy Ontanon, l'ancien entraîneur du sprinteur tricolore, la fatalité l'emporte : "Ça fait partie d'un projet personnel, on ne peut pas retenir les gens malgré eux (...) ." Et de rajouter : "A mon sens, nous étions au début d'un cycle. Martial a 9"80 dans les jambes. Je le lui ai déjà dit. Mais on ne peut pas lutter avec sa volonté de repartir dans un groupe où l'opposition sera de haut niveau tous les jours". A noter qu'Ontanon perd un deuxième athlète puisque le spécialiste du 400m, Teddy Venel, fait lui-aussi partie du voyage.

Au printemps dernier, John Smith a été accusé par un soigneur mexicain, Guillermo Heredia, d'avoir fourni en produits dopants l'ancien recordman du monde de la ligne droite, Maurice Greene. Martial Mbandjock ne s'en inquiète pas : "Moi, je ne regarde pas ça. Je vois un palmarès, une continuité dans les résultats. Je m'occupe du terrain, pas des à-côtés. De toute façon, si je vais vite, si je cours en 9"80, on dira que je prends des produits. Je ne me fais plus d'illusions sur les on-dit en athlé. Ça ne me touche plus". Si le Français court un jour en 9"80, le record national (9"99) de Ronald Pognon prendrait alors une sacrée claque...

Fin de partenariat FFA et GDF suez


Le groupe GDF-Suez, qui a mis fin à son partenariat avec la réunion Golden League de Paris/Saint-Denis, a transféré ses parts au sein de la société organisatrice de l'épreuve à la Fédération française d'athlétisme.

Si Lagardère part, la LNA reste



Si Lagardère met un terme à son partenariat avec la Ligue nationale d'athlétisme, le circuit et les contrats qui en découlent ne seront pas remis en question. C'est Bernard Amsalem, président de la Fédération française d'athlétisme, qui l'a affirmé jeudi.

Mais les discussions avec Lagardère ne sont pas finies, dixit Amsalem. « Et on a déjà élaboré un plan B, qui consisterait à revoir des choses à la baisse, à réduire évidemment la voilure », a-t-il enchaîné. Le patron de l'athlé français a également rajouté que, tous les quatre ans, après chaque Jeux Olympiques, certains sponsors cessent leur collaboration avec la Fédération française, alors que de nouveaux partenariats sont signés.

En 2008, Lagardère a apporté 1,15 million d'euros à la FFA, dont un million pour la seule LNA (soit les deux tiers du budget de cette dernière). Cela permet de doter cinq meetings du circuit baptisé... Lagardère. Dix-huit athlètes français sont aujourd'hui sous contrat avec la Ligue.

Selon Bernard Amsalem, un départ éventuel du groupe Lagardère ne serait pas lié au contexte économique mais « à des raisons internes ».

L'entorse du poignet

Qu'est-ce qu'une entorse?
Une entorse est la lésion d'un ou plusieurs ligaments - sans déplacement de l'articulation (luxation).

La lésion peut aller d'un simple étirement (entorse bénigne) á la rupture totale (entorse grave) en passant par la déchirure de quelques faisceaux (entorse de gravité moyenne)

Les ligaments relient un os á un autre pour former une articulation. Ils sont constitués de plusieurs faisceaux et sont peu extensibles.
Lors d'un traumatisme (choc, mouvement contraire), l'articulation peut se retrouver dans une position qui dépasse son amplitude naturelle, entraînant une lésion douloureuse.
L'entorse bénigne est aussi appelée " foulure ". Voir l'animationQu'est-ce qu'une entorse de poignet?
Une entorse du poignet est la lésion des ligaments reliant les os du carpe entre eux, ou avec le radius et les métacarpiens. Elle peut se produire dans des circonstances banales ou dans le cadre d'une activité sportive.

Le réflexe d'amortir une chute avec la paume de ses mains peut provoquer une mise en hyper-extension de l'articulation du poignet. Les ligaments qui maintiennent les osselets du poignet sont soumis á un étirement dépassant leurs limites naturelles : c'est l'entorse.
L'entorse peut aussi survenir, mais de manière beaucoup plus rare lors d'une chute sur le dos de la main avec le poignet en flexion. Attention, une entorse du poignet peut parfois s'accompagner d'une fracture du scaphoïde, ou de l'un des 8 autres osselets du carpe (poignet).
Voir l'animationLe traitement orthopédique
La solution orthopédique a pour but la diminution de la douleur (antalgie) et la cicatrisation des ligaments. En fonction de la gravité de l’entorse et elle va du strapping aux orthèses d’immobilisation : orthèses thermoformables sur-mesure et orthèses de série de poignet ou de poignet-pouce.
Le poignet est mis dans une position anatomique neutre qui permet d’obtenir un équilibre des tensions ligamentaires.

Il est important d’accepter que le poignet soit immobilisé pendant une période afin qu’il cicatrise dans la bonne position. Si ce n’est pas le cas, la main perdra sa force.

jeudi 30 octobre 2008

Le kinesio Taping Strapping révolutionnaire


Le Kinesio Taping n'est pas seulement une technique de strapping. C'est une nouvelle approche concernant les désordres musculaires, tendineux, ligamentaires et circulatoires. Le Kinesio Taping permet également de réduire considérablement les inflammations, œdèmes et lymphoedèmes. L'application de Kinesio Taping permet de réduire les délais de récupération et induit un traitement 24h/24H.
Constat : les muscles ne sont pas seulement responsables des mouvements du corps, mais aussi un vecteur de la circulation sanguine et lymphatique. Cette compression stimule également les mécanorécepteurs de la douleur. Le strapping traditionnel exerce une augmentation de pression au niveau des lésions et limite considérablement les mouvements articulaires tout en réduisant la circulation sous cutanée.

Principe : Kinesio Taping est totalement différent. Le Kinesio Taping permet une liberté de mouvement totale et fonctionne comme une pompe stimulant la circulation lymphatique.

Résultat : réduction de la pression et de l'irritation des récepteurs sous cutanés. Le Kinesio Taping réduit l'inflammation, la fatigue musculaire, la douleur.

Indications thérapeutiques :

- lésions musculaires, contusions, hématomes

- périostite

- tendinites d'Achille, rotulienne, de la coiffe des rotateurs

- récupération après une entorse

- syndromes douloureux d'épaules

- instabilité d'épaule et acromio-claviculaire

- algodystrophie, retour lymphatique

Bande de 5 m x l. 5 cm




Prix: Euro16.20

A pékin environ un athlète sur 10 blessé à Pékin, selon le CIO


Près d'un athlète sur 10 a dû être soigné à cause d'une blessure aux Jeux olympiques de Pékin, a annoncé le Comité international olympique (CIO) jeudi.

Plus de la moitié des 1.055 blessés ont été handicapés par des problèmes au pied ou à la jambe et au moins une centaine d'entre eux ont été victimes de blessures à la tête, selon des chiffres basés sur les rapports médicaux de 92 des équipes nationales en lice.

Environ trois quarts des blessures, le plus souvent des élongations à la cuisse et des entorses de la cheville, ont été contractées en compétition.

Les sports les plus dangereux pour la santé des Olympiens ont été la boxe, le football, le handball, le hockey, le taekwondo et l'haltérophilie.

C'est une équipe d'experts médicaux du CIO qui a réalisé cette étude, une première aux JO d'hiver et d'été. Un rapport détaillé sera publié et distribué à toutes les équipes nationales

La chute de l'athlétisme français


À la Bourse du sport français, le cours de l'action athlétique n'en finit plus de dévisser. Valeur stable jusqu'aux Jeux olympiques d'Atlanta en 1996 avec le doublé de Perec et le titre de Galfione, l'athlétisme tricolore a ensuite vu ses actifs sombrer. Zéro médaille aux J.O. 2000 de Sydney, puis deux de bronze à Athènes en 2004 et une seule d'argent cet été à Pékin. La petite entreprise bleue connaît bien la crise. Mais dans ce genre de circonstances, la lecture statistique s'accompagne souvent de querelles sémantiques. " Pour moi, il y a plutôt le feu et beaucoup de gâchis ", estime Guy Ontanon, directeur du Team Lagardère Athlé. " Cette grosse maison où rien ne bouge ressemble de plus en plus à l'Éducation nationale ", ose le marathonien Dominique Chauvelier, ancien international. " Je pense qu'il faut donner un bon coup de pied là-dedans ", poursuit la sprinteuse Muriel Hurtis.

Au banc des accusés

" À Pékin, il n'y a pas eu d'échec ni de déroute de la part de l'équipe de France, tempère Franck Chevallier, le directeur technique national de la Fédération française d'athlétisme (FFA). Nos résultats n'ont peut-être pas été à la hauteur de nos ambitions, mais à quelques centièmes près [Baala, Doucouré et Djhone étaient proches du podium, ndlr], nous aurions été salués comme un grand sport. " Il n'empêche, le butin reste bien maigre et les athlètes ont rapidement été expédiés sur le banc des accusés. À plus ou moins juste titre. " Certains athlètes doivent faire preuve d'humilité, reconnaît Bernard Amsalem, le président de la FFA. Mais il ne faut pas les pointer du doigt. Car c'est le système obsolète et sclérosé sur lequel repose le sport français depuis les années 60 qui a fabriqué des individus immatures et pas toujours conscients de leurs devoirs. "



Sur les 35 athlètes engagés en individuel à Pékin, seuls 9 ont accédé à la finale
et 6 sont parvenus à battre leur record personnel sur le tartan du Nid d'oiseau. " Ils ont manqué de mordant, insiste Franck Chevallier. Il va falloir trouver des solutions pour qu'ils se transcendent en compétition et qu'ils répondent présents le Jour J. " Et Guy Ontanon d'asséner : " Certains athlètes se disent professionnels mais ne comprennent rien au haut niveau. Ils ne se comportent pas comme des pros dans leur manière de se préparer ou d'aborder un événement comme les J.O. Être pro, ce n'est pas seulement garnir son compte en banque. Ce sont également des devoirs à remplir. Et être pro, ce n'est pas non plus se regarder le nombril en claironnant qu'on a été finaliste des Jeux ou des Mondiaux. Quand on fait du sport, c'est pour gagner. Pas pour être finaliste. " Idéalement placé pour savoir ce qui s'est passé en coulisses, Romain Barras, 5e du décathlon olympique, n'en démord pas. " Il y a une starification du sportif en France. Pour moi, la meilleure sprinteuse de l'Hexagone [Christine Arron, ndlr] n'a, par exemple, pas le niveau de sa notoriété. Quand on fait 11"20 au 100 m, on devrait se faire petite et avoir un comportement exemplaire plutôt que dire que les meilleures sont dopées ! Et c'est le cas d'autres personnes en équipe de France qui se prennent pour les rois de leur cour ! " Plus mesuré, Leslie Djhone, 5e au 400 m à Pékin, reconnaît avoir été " attristé de voir certains athlètes être éliminés sans qu'ils aient pour autant l'air déçu ".

Arrêter le copinage

Mais résumer l'essoufflement de l'athlétisme à ses principaux acteurs serait aussi simpliste que de mettre le réchauffement de la planète sur le dos de la fondue savoyarde. À Pékin, la pseudo-grande famille de l'athlétisme français a offert une image déplorable de son sport. Invités à cohabiter au sein du collectif national, les 33 cadres techniques n'ont pas pu s'empêcher de régler leurs comptes. À tel point que ces querelles d'ego ont fini par plomber autant l'ambiance que la dynamique de groupe. " Il y a trop de personnes qui oeuvrent pour leur intérêt personnel ", lâche Guy Ontanon. " Il y a un manque évident de cohésion au sein de l'équipe de France, confie Hurtis. Ça se sent, et je l'ai vu. Certains entraîneurs arrivaient à monter les athlètes les uns contre les autres. " De son côté, Bernard Amsalem n'en démord pas. S'il est réélu, dans deux mois, à sa propre succession à la tête de la Fédération, son chantier prioritaire visera à détacher les athlètes des pôles et des groupes d'entraînement personnalisés " qui donnent l'image d'un individualisme forcené ", pour les réorienter vers l'esprit de club. Quant aux coaches intégrés à l'équipe de France, " il ne faut plus les recruter sur l'affectif ou le copinage. Il faut leur faire signer des chartes d'engagement de quatre ans avec des objectifs précis en termes de résultats. " La plaisanterie, en effet, a suffisamment duré.

Mesnil pour le passeport biologique dans l’athlétisme

Le perchiste français va défendre son idée auprès de l’IAAF, alors que se réunit samedi à Monaco la commission des athlètes.

Mesnil : "Etre à la pointe de la lutte antidopage..."



Le perchiste français Romain Mesnil souhaite que l’athlétisme suive le cyclisme dans l’adoption d’un programme de suivi des sportifs, connu sous l’appellation du Passeport biologique, permettant de prévenir les dérives du dopage. Le passeport biologique est actuellement en préparation par l’Union cycliste internationale qui prévoit de le rendre opérationnel pour la saison 2009. Il s’agit d’un profil constitué à partir de paramètres sanguins (rapport testostérone/épitestostérone, taux d’hématocrite…). Mesnil, nouvellement élu à la commission des athlètes de la fédération internationale d’athlétisme (IAAF), souhaite que son sport adopte le même programme. Le vice-champion du monde 2007 à Osaka va se rendre samedi à Monaco pour défendre sa proposition. Il s’en explique : « Je vais voir l’IAAF pour évoquer un éventuel passeport biologique comme il s’en fait dans le cyclisme. Il parait que c’est plus délicat dans l’athlétisme parce qu’il a des disciplines très différentes, mais je veux voir si on peut avancer vers un programme de ce genre. Je ne pense pas qu’il y a plus de dopage en athlétisme que dans d’autres sports, mais la chasse au dopage fait qu’on en parle énormément, et c’est vrai qu’il y a quand même beaucoup de tricheurs. L’athlétisme doit être à la pointe de l’antidopage même si encore une fois on n’en n’est au point du cyclisme parce que les filières y sont moins bien organisées. »
Interrogé sur les suspicions qui ont entouré la performance de Mahiédine Mekhissi-Bennabad, après son titre de vice-champion olympique dans l’épreuve du 3000 m steeple à Pékin, Mesnil a invité le Rémois à jouer la transparence avec les instances sportive et antidopage françaises : « (Si j'étais à sa place) je ferais tout pour prouver mon innocence, mais c'est difficile de prouver qu’on est propre dans le dopage. Il faudrait peut-être qu’il se rapproche de la fédération ou de l’agence française de lutte antidopage pour restaurer son image. C’est délicat mais c’est dommageable pour tout le monde. »

Carl Lewis est retenu dans une mission d'évaluation de l'athlétisme américain


Carl Lewis, vainqueur de neuf médailles d'or olympiques au cours de sa carrière, a été retenu pour faire partie d'un comité d'évaluation de sept personnes de la fédération américaine d'athlétisme (USATAF), a annoncé le directeur exécutif de l'organisation, Doug Logan.

Le comité sera chargé d'analyser le processus de sélection de l'équipe américaine, l'entraînement et la préparation pour les grandes compétitions internationales. Ses membres se pencheront aussi sur la performance aux Jeux olympiques de Pékin, en particulier sur l'entraînement et la préparation des équipes de relais.

En Chine, l'équipe américaine d'athlétisme a conquis 23 médailles, le meilleur total de tous les pays en lice. Mais elle a aussi vécu des échecs retentissants en séries des relais 4x100m féminin et masculin à cause de passages de témoin mal négociés.

Parmi les membres du comité figurent également la médaillée d'or Benita Fitzgerald Mosley, le médaillé d'argent Ralph Mann, l'entraîneur de l'équipe masculine aux Jeux de 1992 Mel Rosen et les dirigeants du comité olympique américain Doug Ingram, Steve Roush et Jay Warwick.

Lewis, ancien détenteur du record du monde du 100 mètres, est l'un des seuls athlètes masculins à avoir remporté neuf médailles d'or olympiques en athlétisme.

Fitzgerald Mosley a été médaillée d'or sur 100m haies aux Jeux de Los Angeles en 1984 tandis que Mann a été médaillé d'argent sur 400m haies aux Jeux de Munich en 72.

Deux cents enfants envahissent un stade

e sont 190 enfants de 7 à 10 ans de l'Est varois qui se sont retrouvés sur le stade du collège Léonard-de-Vinci, à l'invitation de l'Entente Pays de Fayence (EPF) athlétisme, alors que l'édition 2007 ne réunissait qu'une centaine de participants. Quatre-vingt-quinze poussins (nés en 1998 et 1999) et 105 éveils (nés en 2000 et 2001) venant des clubs d'athlétisme de Draguignan, Fréjus-Saint-Raphaël, golfe de Saint-Tropez et Pays de Fayence ont pu participer aux neuf épreuves individuelles. Les enfants se sont ensuite retrouvés par catégorie pour une épreuve d'endurance par équipe. Le président de l'EPF athlétisme, Guy Burle, encadré des équipes de bénévoles de chaque club, commentait au micro et coordonnait les opérations, heureux du tout récent investissement du club : une vraie sono avec micro HF ! L'un des meilleurs records de la journée était... le saut (en longueur) d'un poussin : 3,80 m !

Egalement consultés par les internautes ayant lu cet article :
Prochaine manifestation

La 4e édition du « Cross du Pays de Fayence » aura lieu dimanche 14 décembre, avec des parcours organisés dans les forêts du Défens à Montauroux. Huit courses différentes, de 1 à 9 km, selon les catégories d'âge, dans la véritable tradition du « cross-country », permettront aux licenciés F.F.A. et aux non-licenciés de passer encore une superbe journée de « sport nature ».

Savoir +

Entente Pays de Fayence athlétisme, 4e Cross du 14 décembre, inscriptions au 06.71.22.63.24

Naoko Takahashi prend sa retraite


L'ancienne championne olympique du marathon Naoko Takahashi a annoncé qu'elle prenait sa retraite.

"J'ai décidé d'arrêter de courir, a déclaré l'ancienne détentrice du record du monde au cours d'une conférence de presse. Je suis tout à fait satisfaite de ma carrière et je n'ai aucun regret."

Takahashi, âgée de 36 ans, a été la première Japonaise sacrée championne olympique en athlétisme, aux Jeux de Sydney en 2000. Elle avait battu le record du monde au marathon de Berlin en 2001 en deux heures, 19 minutes et 46 secondes.

Dibaba et Shihine, se marient

Tirunesh Dibaba, championne olympique du 5.000 m et du 10.000 m à Pékin, et Sileshi Shihine, médaillé d'argent sur 10.000 m, se sont mariés dimanche à Addis Abeba.

La cérémonie, surnommée "le mariage du millénaire", s'est déroulée dans une église orthodoxe, où une messe traditionnelle a été célébrée. Le couple a ensuite paradé dans le centre d'Addis Abeba au sein d'une somptueuse limousine, acclamé par une foule enthousiaste.

Environ 1.000 invités étaient attendus dimanche dans la soirée pour un banquet à l'hôtel Sheraton de la ville

Mesnil pour une nouvelle image des athlètes


Par la voie de son président, Romain Mesnil, le Syndicat des athlètes français, a lancé un appel ce mardi pour améliorer l’image de l’athlétisme tricolore sensiblement écornée depuis l’échec des derniers Jeux olympiques. "Le syndicat des athlètes ne peut laisser cette image se dégrader alors que l’athlétisme et la plupart des athlètes véhiculent des valeurs d’humilité, de dépassement de soi et de plaisir dans l’effort. Nous souhaitons faire en sorte que ces valeurs soient celles de l’avenir de l’athlétisme dans un contexte de professionnalisation", estime le perchiste dans un communiqué avant d’alerter les futurs candidats à l’élection de la présidence de la FFA qui devront prendre "en compte ces avis et exposer à la famille de l’athlétisme un plan clair de restructuration et de communication de la Fédération."

Marion Jones "j'aurais gagné sans dopage"


Marion Jones ne savait pas qu'elle prenait des produits interdits et reste persuadée qu'elle aurait remporté ses cinq médailles aux Jeux olympiques de Sydney en 2000 même sans dopage.

L'ancienne sprinteuse a purgé six mois de prison pour mensonge à des procureurs fédéraux enquêtant sur l'utilisation d'un stéroïde anabolisant, la THG, dans l'athlétisme américain.

"Je n'ai jamais pris consciemment des produits pour améliorer mes performances", a-t-elle déclaré dans une interview accordée à l'animatrice de télévision Oprah Winfrey et diffusée mercredi.

Marion Jones, qui a dû rendre ses cinq médailles au Comité international olympique après ses aveux, a dit se souvenir du moment où elle a choisi de mentir quand les enquêteurs fédéraux lui ont présenté un flacon de THG.

"Je savais que j'avais pris ce produit, j'ai pris la décision de mentir et de tenter de dissimuler les faits", a-t-elle poursuivi dans cet entretien, le premier depuis sa sortie de prison.

L'ancienne athlète regrette de ne pas s'être accordée cinq minutes de réflexion et de ne pas avoir parlé avec ses avocats. Si elle a reconnu le produit présenté par les enquêteurs, elle ne savait pas qu'il était interdit au moment où on lui en a fourni, a-t-elle assuré.

PLEURS

"(Il y avait des) moments où j'avais l'impression d'être plus dynamique sur la piste (...), où je me sentais vraiment en forme", a dit Jones dans cet entretien enregistré vendredi dernier.

Elle imputait ces sensations à son entraînement intensif et aux compléments alimentaires qu'elle consommait. Elle s'attendait à être en grande forme dans une année olympique.

"Rien ne me semblait différent", s'est-elle souvenue. "Je me sentais forte, je me sentais puissante." Comme elle s'était toujours sentie supérieure physiquement depuis son plus jeune âge.

Marion Jones repense parfois à ses courses et se demande si elle les aurait gagnées sans dopage. "En général, je réponds oui. Je considère encore que j'aurais gagné", a-t-elle dit.

Les moments les plus douloureux en prison ont été les anniversaires de ses enfants de cinq et un ans.

Durant l'interview, elle a pleuré en lisant une lettre qu'elle leur a adressée depuis sa cellule.

A 33 ans, elle a dit ne plus avoir à se cacher derrière "Marion Jones l'athlète" et s'est dit impatiente de reprendre le cours de sa vie, notamment l'éducation de ses enfants.

"Je suis intimement persuadée que la raison pour laquelle j'ai commis cette effroyable erreur et quelques autres par la suite, c'est que je ne m'aimais pas suffisamment pour dire la vérité

Liu Xiang irait voir un psychologue


Le champion du monde du 110 mètres haies Liu Xiang a peut-être besoin de voir un psychologue pour oublier sa sortie dramatique des Jeux olympiques de Pékin, pense l'entraîneur national de l'athlétisme chinois.


L'ancien détenteur du record du monde, dont le psychodrame de l'abandon sur blessure dès les séries a ému la Chine en août, devait s'envoler mercredi aux Etats-Unis pour consulter des médecins sur son talon d'Achille.

"Le problème de Liu Xiang n'est pas seulement son talon d'Achille mais aussi le doute dans sa tête", a dit Feng, cité dans les colonnes du journal China Youth Daily.

"Liu a l'air détendu et semble aller bien mais en fait, les Jeux ont eu un impact psychologique énorme sur lui."

"Son entraîneur, sa famille et ses amis lui ont donné des conseils et ça aide. Cependant, cela fait longtemps que nous travaillons avec des athlètes et nous savons comment ils pensent, nous lui adjoindrons un psychologue si besoin", a poursuivi Feng.

Selon son entraîneur personnel Sun Haiping, le jeune homme de 25 ans pourrait ne jamais revenir au niveau qui lui a permis de devenir champion olympique en 2004 et champion du monde en 2007.

"Même les experts ne peuvent dire s'il guérira complètement un jour", a dit Sun au journal Titan Sports.

samedi 23 août 2008

Maggi, victoire pour 1 cm au saut en longueur devant Ledebeva



La Brésilienne Maurren Higa Maggi a été sacrée championne olympique de saut en longueur ce soir au stade national à Beijing. Elle inscrit le deuxième or pour le Brésil.

Maggi, 32 ans, a assuré sa victoire dès le premier essai en retombant à 7,04 mètres.

La Russe Tatiana Lebedeva a exécuté un premier essai à 6,97 m. Mais elle a mordu les quatre essais suivants avant de s'élancer pour le saut de la dernière chance. Avec son dernier essai à 7,03 m, la championne olympique en titre perd sa couronne et s’offre la médaille d'argent.

La Nigériane Blessing Okagbare est de bronze grâce à u n saut à 6,91 m. La Jamaïcaine Chelsea Hammond a échoué au pied du podium avec un saut à 6,79m.
Athlé-Longueur (F) : Maggi, victoire pour 1 cm
La Suédoise Carolina Kluft a été éliminée après les trois premiers essais

Déception pour Carolina Kluft qui n’aura pas réussi son pari à Beijing. La Suédoise, championne olympique d’heptathlon à Athènes, seulement neuvième après les trois premiers essais de la finale, a été éliminée. En triple saut, elle n’était pas parvenue en finale.


Classement final :

1. Maurren Higa Maggi (BRA) 7,04

2. Tatyana Lebedeva (RUS) 7,03

3. Blessing Okagbare (NGR) 6,91

4. Chelsea Hammond (JAM) 6,79

5. Brittney Reese (USA) 6,76

6. Oksana Udmurtova (RUS) 6,70

7. Jade Johnson (GBR) 6,64

8. Grace Upshaw(USA) 6,58

Les Ethiopiennes en or et en bronze, la Turquie en argent au 5000 m dame



L'Ethiopienne Tirunesh Dibaba, médaillée d'or olympique du 10 000 m il y a une semaine, a tout facilement décroché la médaille d'or lors de la finale du 5 000 m dames ce soir (heure chinoise) au Stade national, le « Nid d'Oiseau ». Détentrice du record du monde de la distance a franchi la ligne d'arrivée en 15'41''40. La vice-championne était la Turque Elvan Abeylegesse, titre de la distance lors du Golden League 2004 à Bergen et le 12e titre de cette épreuve olympique en 2004. Elle a terminé sa course avec un chrono de 15'42''74. En tant que l'ex-championne olympique de cette distance à Athène, l'Ethiopienne Meseret Defar est arrivée troisième en 15'44''12.


Résultats de la finale du 5000 m dames :

Tirunesh Dibaba (ETH)

Elvan Abeylegesse (TUR)

Meseret Defar (ETH)

Sylvia Kibet (KEN)

Vivian Cheruiyot (KEN)

Lilia Shobukhova (RUS)

Alemitu Bekele (TUR)

Meselech Melkamu (ETH)

Kara Goucher (USA)

Shalane Flanagan (USA)

Jepleting Priscah Cherono (KEN)

Gulnara Galkina-Samitova (RUS)

Xue Fei (CHN)

Jennifer Rhines (USA)

Megan Metcalfe (CAN)

50km marche Schwazer été le plus fort



C'est Alex Schwazer qui remporte ce jeudi la médaille d'or à l'issue de la marche de 50 km des Jeux olympiques de Beijing. Le grand Italien (1,85m) s'est payé le luxe d'entrer seul et sous un soleil radieux dans le stade Olympique, devançant de plus de deux minutes ses plus proches poursuivants, l'Australien Jared Tallent et le Russe Denis Nizhegorodov, détenteur du record du monde et médaillé d'argent à Athènes.

Le fondiste du Haut-Adige s'est imposé en 3 heures 37'09'', battant d'une minute et 20 secondes l'ancien record olympique, établi il y a vingt ans. Tallent, qui avait déjà décroché le bronze sur 20 kilomètres, est arrivé en 3h 39'27''.

Schwazer, médaille de bronze aux mondiaux d'Helsinki et d'Osaka, n'a pas attendu longtemps pour mettre les choses au clair et faisait partie du groupe de quatre marcheurs échappé dès le début de la course.

Le Français Eddy Riva a terminé 28e en 4 h 00'09'', soit près de 24 minutes derrière le champion.

Quant au vice-champion du monde Yohann Diniz, principale chance de médaille d'or française en athlétisme à ces Jeux olympiques, il a dû abandonner après avoir connu « un jours sans ».

Diniz a jeté l'éponge après environ 32 kilomètres alors qu'il occupait la cinquième place, enjambant les barrières de sécurité délimitant le parcours pour mettre fin à ses souffrances. Avant de renoncer définitivement, Diniz s'était déjà arrêté un moment sur le parcours en se tenant la jambe gauche pour faire quelques étirements.

Diminué, le champion d'Europe accusait déjà un retard d'une minute et 48 secondes aux 30 kilomètres, mais il a expliqué qu'il avait délibérément laissé partir le groupe de tête pour des raisons de stratégie.

« Il y avait plus fort que moi aujourd'hui », a-t-il expliqué.

Au Triple saut Nelson Evora offre la première médaille d'or au Portugal



Nelson Evora a remporté au Stade national la première médaille d'or pour le Portugal. En finale du triple saut, il a sauté17,67m, devançant le Britannique Phillips Idowu (17,62m) et le Bahaméen Leevan Sands (17,59m).

Nelson Evora, 24ans, champion du monde 2007, a réalisé ce soir sa meilleure performance de la saison, à 7cm de son record personnel. Le Britannique Phillips Idowu, 6ème à Sydney et 12ème à Athènes, a gagné la médaille d'argent avec sa meilleure performance de la saison.

Le Chinois Li Yanxi, 25ans, s'est finalement classé10ème avec16,77m.

un podium tout américain sur le 400mètres



Les trois médaillés en 400m sont tous Américains ! LaShawn Merritt (43''75), Jeremy Warine (44''74) et David Neville (44''80), tous trois Américains, ont assailli les trois places du podium lors de la finale du 400 m messieurs ce soir (heure chinoise) au Stade national, le « Nid d'Oiseau ». Le Français Leslie Djhone est arrivé 5e en 45''11.

LaShawn Merritt, l'Américain qui a remporté plusieurs titres de cette distance aux Championnats du monde, à la Golden League, au Super Grand Prix, etc., a remporté la 28ème médaille d'or pour les Etats-Unis en 43''75, sa meilleure performance (c'est-à-dire le record personnel). Il a dépassé son compatriote Jeremy Wariner, ex-champion olympique à Athènes. David Neville, athlète qui n'a jamais remporté de titre sur cette distance, a remporté ce soir le bronze, suivi de Christopher Brown des Bahamas, qui n'est arrivé que quatre centièmes après Neville.
Athlé. 400 m (H) : un podium tout américain !
Les

Le tricolore Leslie Djhone, champion sur cette distance lors de la Golden League 2004 à Paris, s'est classé 5e avec un chrono de 45''11.
médaillés américains

Résultats de la finale du 400 m messieurs :

LaShawn Merritt (USA) 43''75

Jeremy Wariner (USA) 44''74

David Neville (USA) 44''80

Christopher Brown (BAH) 44''84

Leslie Djhone (FRA) 45''11

Martyn Rooney (GRB) 45''12

Renny Quow (TRI) 45''22

Johan Wissman (SWE) 45''39

vendredi 22 août 2008

Jamaique Record du Monde et champion olympique

A l'instant même les jamaïquains viennent de battre le records du monde avec un temps de 37'10 au lieu de 37'30 ancien record du monde des états Unis qui date de 98

mercredi 20 août 2008

la Biélorusse Miankova titrée au marteau

La Biélorusse Aksana Miankova s'est imposée lors de la finale du lancer de marteau avec un résultat de 76,34m, nouveau record olympique. La médaillée d'argent était la Cubaine Yipsi Moreno (74,70), suivie de la Chinoise Zhang Wenxiu (74,32m). La Française Manuela Montebrun s'est classée cinquième.


Yipsi Moreno
On ne comptait que l'éliminatoire lors des Championnats du monde 2007 en tant que la meilleure performance de Miankova, médaillée d'or aujourd'hui. Elle a lancé 76,34 m en battant le record olympique. La vice-championne Yipsi Moreno, déjà médaillée d'argent olympique à Athènes et vainqueur du Grand Prix 2007, s'est trouvée à nouveau sur la deuxième place du podium avec un résultat de 75,20m.


Zhang Wenxiu
Depuis l'abandon de Liu Xiang, les Chinois souhaitent de tout leur cœur patriote d'autres médailles d'or chinoise au « Nid d'oiseau ». Zhang Wenxiu, qui a décroché le bronze, ce qui est toujours mieux que pas de médaille du tout, est montée sur la troisième place du podium. A 74,32m, elle a réalisé sa meilleure performance de la saison.


Résultats du lancer de marteau dames :

Aksana Moankova (BLR) 76,34m

Yipsi Moreno (CUB) 75,20m

Zhang Wenxiu (CHN) 74,32m

Darya Pchelnik (BLR) 73,65m

Manuela Montebrun (FRA) 72,54m

Anita Wlodarczyk (POL) 71,56m

Clarissa Claretti (ITA) 71,33m

Martina Hrasnova (SLO) 71,00m

Betty Heidler (GER) 70,06m

Elena Priyma (RUS) 69,72m

Stiliani Papadopoulou (GRE)64,97m

Kamila Skolimowska (POL) Pas de résultat

la Biélorusse Miankova titrée au marteau

La Biélorusse Aksana Miankova s'est imposée lors de la finale du lancer de marteau avec un résultat de 76,34m, nouveau record olympique. La médaillée d'argent était la Cubaine Yipsi Moreno (74,70), suivie de la Chinoise Zhang Wenxiu (74,32m). La Française Manuela Montebrun s'est classée cinquième.


Yipsi Moreno
On ne comptait que l'éliminatoire lors des Championnats du monde 2007 en tant que la meilleure performance de Miankova, médaillée d'or aujourd'hui. Elle a lancé 76,34 m en battant le record olympique. La vice-championne Yipsi Moreno, déjà médaillée d'argent olympique à Athènes et vainqueur du Grand Prix 2007, s'est trouvée à nouveau sur la deuxième place du podium avec un résultat de 75,20m.


Zhang Wenxiu
Depuis l'abandon de Liu Xiang, les Chinois souhaitent de tout leur cœur patriote d'autres médailles d'or chinoise au « Nid d'oiseau ». Zhang Wenxiu, qui a décroché le bronze, ce qui est toujours mieux que pas de médaille du tout, est montée sur la troisième place du podium. A 74,32m, elle a réalisé sa meilleure performance de la saison.


Résultats du lancer de marteau dames :

Aksana Moankova (BLR) 76,34m

Yipsi Moreno (CUB) 75,20m

Zhang Wenxiu (CHN) 74,32m

Darya Pchelnik (BLR) 73,65m

Manuela Montebrun (FRA) 72,54m

Anita Wlodarczyk (POL) 71,56m

Clarissa Claretti (ITA) 71,33m

Martina Hrasnova (SLO) 71,00m

Betty Heidler (GER) 70,06m

Elena Priyma (RUS) 69,72m

Stiliani Papadopoulou (GRE)64,97m

Kamila Skolimowska (POL) Pas de résultat

Ladji Doucouré en forme aux JO de Pékin au 110m haies


Ladji Doucouré s'est qualifié pour la finale du 110m haies au terme d'une demi-finale vite et bien maîtrisée. Si Dayron Robles (à droite) paraît intouchable, il devrait disputer une place sur le podium aux Américains David Oliver et David Payne (à gauche), jeudi à 15h45. Car pour l'instant, aucun piège ne s'est refermé sur lui. Pas de blessure, comme pour les infortunés Liu Xiang et Terence Trammell, pas de chute non plus sur ces haies tellement vicieuses. Le hurdler français effectuera sa deuxième apparition en finale, quatre ans après Athènes et son mauvais souvenir (*). «J'espère que je ferai mieux cette fois-ci, a-t-il lâché. J'avais dit que je voulais être présent à partir du 18 août. C'est fait.»


«Tout est possible»
«Ce soir, j'ai été dans ma course, a-t-il confié. Cela fait trois ans que je n'ai pas fait de finale mondiale. Tout est désormais possible. Dayron Robles a l'air facile. Mais il faudra "fighter" avec lui pour ne pas le laisser en confiance.» Le ton est donné. Doucouré est apparu sûr de lui, serein, sur sa trajectoire. Il y a deux jours, après les abandons de Xiang et de Trammell, le Français avait refusé d'évoquer une médaille plus facile à venir. Trois hommes viseront une breloque dans le sillage d'un Dayron Robles, qui gagnera s'il ne flanche pas comme ça avait été le cas l'été dernier à Osaka. Outre Payne, Doucouré devra aussi prendre le dessus sur David Oliver, le deuxième performer de la saison. Ce dernier a enlevé la deuxième demi-finale en 13''31.

La confiance de Doucouré a tranché avec le désarroi de Samuel Coco-Viloin, le deuxième Français engagé sur les haies ce mercredi. Celui-ci a pris la dernière place en 13''65. «Je suis vraiment déçu, a-t-il déclaré alors que les larmes perlaient son visage. J'ai bien commencé la course mais j'ai été gêné par mon adversaire néerlandais qui m'a donné un coup de coude. Je voulais aller en finale, j'étais venu pour ça. Ça me paraissait accessible et ça aurait été bien s'il y avait eu deux Français à ce niveau.»