Voici un blog consacré à l'athlétisme, son actu, les athlètes pro comme les amateurs, les techniques, les championnats et tout ce qui s'en rapproche et créer une communauté d'internautes fan d'athlé pour partager des opinions, des objectifs et tout autres info.

N'hésitez pas à donner votre avis dans les différents post, ce blog est fait pour ça :)

dimanche 6 avril 2008

SOS développement de l'athlétisme sur l'île de la Réunion

Le problème n’explique pas tout. Loin de là. Mais il fait partie des freins, parmi d’autres, au développement de l’athlétisme sur notre île : la Réunion manque cruellement de pistes praticables.

Cinq pistes en tartan sont disponibles : Champ Fleuri, Saint-André, Bois d’Olives à Saint-Pierre, Saint-Paul et Petite-Ile auxquels il faut ajouter celle du Tampon où les travaux d’un nouveau stade se terminent. Un ratio par athlète, en apparence, plus élevé que dans de nombreux départements de métropole. Mais la réalité est beaucoup moins reluisante. La piste saint-andréenne de Sarda Garriga est indigne du nom de piste d’athlétisme et trop souvent abandonnée aux mobylettes et autres scooters. Celle de Bois d’Olives ne mesure pas tout à fait 400 mètres (des travaux d’allongement sont d’ailleurs en projet). La piste du stade Paul-Julius Benard à Saint-Paul ne peut plus accueillir de compétitions officielles de lancers et les clubs de la place souffrent de la concurrence du football.
Champ Fleuri en stand-by
Enfin, l’enceinte dionysienne de Champ Fleuri n’est plus de première jeunesse. Le tartan est sérieusement détérioré dans les virages, la salle de musculation fait pale figure et il faut vraiment avoir envie de se doucher vu l’état de vétusté des vestiaires. Résultat de ce triste état des lieux : c’est tout un sport qui souffre. Les responsables de la ligue n’ont d’ailleurs pas beaucoup à se creuser les méninges pour l’organisation de leurs compétitions officielles. “Par la force des choses, tous les événements ont lieu à Petite-Ile. Et pour les clubs du nord notamment, ce n’est pas facile. Je vous assure qu’ils sont fatigués de faire la route. Et puis, cela a un coût pour les associations de toujours se déplacer dans le sud”, déplore Jean Mayer, le CTS de la ligue. Au rayon solutions, l’arrivée du nouveau stade du Tampon ne réduira qu’un peu le problème. Dans le Nord, des travaux sont prévus sur le site de Champ Fleuri à Saint-Denis. Ils devaient débuter la semaine prochaine et rendre la piste indisponible mais la nouvelle vient de tomber : ils sont reportés. “Il faut rester patients. C’était un projet de l’ancienne municipalité mais je pense que c’est aussi une des priorités de la nouvelle équipe dirigeante”, croit savoir Jean-Louis Blasco qui entend bien s’équiper de son baton de maréchal pour convaincre les collectivités. “Quand je suis arrivé à la Réunion, il y a vingt ans, il n’y avait pas de piscine et pas de gymnases. On les a construits. Pensons maintenant aux pistes. L’athlétisme est le premier sport olympique ! On espère être entendus”, souffle le président de l’instance régionale. Gérard Goriot va plus loin : “Cette coupe de l’océan Indien est aussi un moyen de se montrer, d’influencer les décideurs.” A bon(s) entendeur(s)... Bernard Amsallem, le président de la fédération française en personne fera le déplacement prochainement jusqu’à la Réunion pour prêcher la bonne parole

Aucun commentaire: