Voici un blog consacré à l'athlétisme, son actu, les athlètes pro comme les amateurs, les techniques, les championnats et tout ce qui s'en rapproche et créer une communauté d'internautes fan d'athlé pour partager des opinions, des objectifs et tout autres info.

N'hésitez pas à donner votre avis dans les différents post, ce blog est fait pour ça :)

vendredi 1 août 2008

Diniz ne craint personne



Le marcheur Yohann Diniz, vice-champion du monde du 50 kilomètres, est en pleine confiance et se sent très fort à deux semaines de l'ouverture des Jeux de Pékin (8-24 août), où il va tenter d'offrir à la France sa première médaille olympique dans cette discipline.

Le Champenois de 30 ans, après un mois de préparation dans les Pyrénées à Font-Romeu, était de sortie vendredi à Albi aux championnats de France d'athlétisme pour disputer un 20 kilomètres d'entraînement. Médaillé d'argent à Osaka l'an passé et sacré champion d'Europe à Göteborg en 2006, Diniz est présélectionné pour les JO, son objectif depuis quatre ans.

"Je ne redoute personne", a affirmé le Français au cours d'une conférence de presse vendredi à son hôtel. "J'ai énormément progressé. A l'entraînement, je suis capable de marcher en 3 heures et 35 minutes, au-delà de mon record, et je suis capable de répondre à tous ceux qui iront chercher un podium à Pékin."

En Chine, la meilleure chance de médaille tricolore en athlétisme n'aura pas à se mesurer au champion du monde en titre du 50km Nathan Deakes, qui l'avait battu au Japon. L'Australien a déclaré forfait à cause d'une blessure aux adducteurs.

"Je suis déçu pour lui", a commenté Diniz. "A Athènes déjà, il avait été disqualifié sur 50 kilomètres. C'est dommageable pour lui. J'avais les armes pour lui répondre. Il est fragile, j'espère qu'on le reverra. Mais il reste des Russes, l'Italien Schwazer et des Chinois."

Interrogé sur sa stratégie de course à Pékin, le champion d'Europe, qui ne s'inquiète ni de la chaleur ni de la pollution, a répondu sans mystère.

"Il faudra être devant", a-t-il dit. "Il ne faudra pas trop se découvrir et placer une attaque au meilleur moment, puis finir beaucoup plus vite (qu'à Osaka)."

Logique prétendant à la médaille d'or en l'absence de Deakes, le champion d'Europe s'est préparé à fond dans les Pyrénées avec ses entraîneurs Denis Langlois et Thierry Toutain, qui d'après Diniz "font du travail d'orfèvre".

"On a vraiment travaillé les 20 derniers kilomètres, pour essayer de les faire beaucoup plus vite", a expliqué le Français, qui s'est mis à la marche sur le tard, à l'âge de 22 ans. "J'ai fait des tests concluants sur 40 kilomètres. Plus on allait dans le dur, plus ça allait."

Aux Mondiaux d'Helsinki en 2005, Diniz avait été disqualifié. Deux ans plus tard lors de la conquête de sa médaille d'argent au Japon, il avait écopé de deux cartons d'avertissement en route. "Même les étrangers en stage à Font-Romeu trouvent qu'il y a une amélioration technique", a commenté Diniz. "C'est plus fluide, plus efficace. Je suis prêt à faire un 50 kilomètres rapide et sans faute."

Remis du virus de type mononucléose qu'il avait ramené d'un stage en Afrique du Sud au printemps, Diniz aura aussi l'avantage d'arriver très frais en Chine.

"Ce sera mon unique compétition de la saison", a-t-il souligné. "Les 5.000 mètres (marche) que j'ai faits étaient des entraînements. Le fait de ne pas avoir fait de 50km n'est pas un problème. J'ai travaillé à côté les qualités de vitesse et je préfère arriver à Pékin plein de fraîcheur et d'envie."

Le recordman de France du 5.000 mètres marche, qui disputera ses premiers Jeux, a prévu de rester dans sa "bulle" en Chine.

"Je ne vais pas changer quoi que ce soit", a-t-il prévenu. "Si je veux aller boire un coup avec les potes, je le ferai, je vais prendre un bon bouquin, lire et regarder les Jeux. Je ne penserai qu'à ma course. Tout ce qui est à côté, j'en ferai abstraction."

Malgré les espoirs reposant sur ses épaules dans un contexte morose pour l'athlétisme français, Diniz a promis de ne pas céder à la pression médiatique et populaire.

"Ça ne m'atteint pas plus que ça", a-t-il déclaré. "Je ne suis pas je-m'en-foutiste, mais j'aborde ça comme ça."

Avant les JO, Diniz va encore effectuer une semaine d'entraînement à Font-Romeu, où il compte avaler entre 210 et 220 kilomètres, "avec deux très grosses séances type 50 kilomètres". Il se reposera ensuite trois ou quatre jours avant un dernier test sur 30 kilomètres. "Puis à partir du 12 août, on reposera la machine, on fera du jus", a-t-il conclu.

2 commentaires:

my a dit…

Bravo pour cette réaction humble, positive malgré la défaite,tu en sors grandi et à bientôt pour de nouvelles victoires

my a dit…

Bravo pour cette réaction humble, positive malgré la défaite,tu en sors grandi et à bientôt pour de nouvelles victoires