Voici un blog consacré à l'athlétisme, son actu, les athlètes pro comme les amateurs, les techniques, les championnats et tout ce qui s'en rapproche et créer une communauté d'internautes fan d'athlé pour partager des opinions, des objectifs et tout autres info.

N'hésitez pas à donner votre avis dans les différents post, ce blog est fait pour ça :)

jeudi 7 août 2008

L'athlé tricolore une entreprise qui connaît la crise

A l’heure où les meilleurs athlètes du monde s’apprêtent à fouler la piste du « nid d’oiseau », les Bleus eux, ne sont pas à la fête. Les stars de la discipline peinent à briller et les espoirs de médailles sont minces. Mais que se passe-t-il chez nos athlètes ?

Eunice Barber out, Christine Arron en 11’’21 sur 100 mètres (bien loin de son record d’Europe arrêté à 10’’73 ) et Ladji Doucouré à la traîne…Décidément, ça va mal pour les chefs de file français. Et les responsables le savent, à Pékin il ne faudra pas s’attendre à des miracles. Leurs pronostics ? deux médailles, pas mieux. « Mehdi Baala et Yohann Diniz sont nos meilleures chances de podiums, confirme Olivier Beloc, Directeur technique national adjoint, joint par la rédaction des Dessous du Sport. Derrière, ce sera des bonnes surprises. Nous voulons faire mieux qu’aux Championnats du monde d’Osaka l’année dernière et entrer dans le top 8. »

Pour cela, il faudra aussi compter sur certains athlètes, comme Romain Mesnil et Leslie Djhone, qui pourraient bien jouer les trouble-fêtes. Le spécialiste du tour de piste est d’ailleurs en pleine phase de progression et peut encore espérer briller. « Nous leur avons demandé de retarder leur pic de forme pour arriver au top à Pékin, explique le responsable. Certains sont encore en pleine ascension. Tout est calculé ». Calculés aussi les retards pris par Doucouré et Arron ? Pas sûr. « Pour Ladji, c’est normal, il sort de blessure et reste encore un grand espoir pour nous. Christine est dans une situation plus complexe. On ne connaît pas les raisons de sa méforme. Mais c’est une championne, elle peut revenir dans le championnat. »

Pas de panique

En 2007, les Bleus reviennent des Mondiaux d’Osaka avec deux médailles dans leurs bagages (l’argent pour Mesnil et Diniz). On serait tentés de parler d’échec, voire de crise de l’athlétisme français. Erreur, car pour les responsables fédéraux, ce n’est que le retour de la France à sa juste valeur. Reste à savoir quelle analyse est préférable ? « Nous avons connu deux années exceptionnelles en 2003 avec 8 médailles mondiales dont 3 titres, et en 2005 avec 7 breloques, explique Olivier Beloc. Mais ce n’était pas le reflet de notre vraie valeur. » Surtout quand on sait que trois des sept récompenses d’Helsinki ont été l’œuvre de deux athlètes aujourd’hui pas vraiment dans le coup : Barber et Arron. « Mais nous travaillons pour retrouver ce niveau, insiste le DTN adjoint. Et dans un contexte international complètement gangréné par le dopage, ce n’est pas facile ».

« Destination Athlé 2012 »

Mais à regarder de plus près cette équipe de France olympique, une chose est frappante : l’âge moyen des athlètes. 26 ans très exactement. Autrement dit, des petits jeunes par rapport aux éditions précédentes. Assiste-t-on à un changement de génération ? Voilà qui expliquerait pas mal de choses. « 27 des 52 athlètes sélectionnés pour Pékin sont issus du dispositif « Destination Athlé 2012 », mis en place par la FFA en 2005 dans l’optique des Jeux de Londres, analyse Olivier Beloc. C’est une équipe jeune sur laquelle nous fondons beaucoup d’espoirs. A Pékin, ils vont acquérir une expérience qui leur servira pour 2012. » Une expérience que l'on souhaite bien sûr plus que réussie.

Aucun commentaire: