Voici un blog consacré à l'athlétisme, son actu, les athlètes pro comme les amateurs, les techniques, les championnats et tout ce qui s'en rapproche et créer une communauté d'internautes fan d'athlé pour partager des opinions, des objectifs et tout autres info.

N'hésitez pas à donner votre avis dans les différents post, ce blog est fait pour ça :)

jeudi 7 août 2008

Romain Mesnil veut d’abord sauter haut



Le perchiste, en pointe sur le combat des droits humains, ne veut plus penser qu’à la compétition. Il sait que les Chinois le surveillent de près.
Funambule des airs, Romain Mesnil n’est pas toujours dans la lune. La preuve, le médaillé d’argent des Mondiaux d’athlétisme d’Osaka en 2007 avait été un des athlètes tricolores les plus en pointe en avril dernier au moment où le débat sur le respect des droits de l’homme en Chine flambait en France, alors que la flamme olympique traversait la capitale dans une ambiance chaotique et très Paris brûle-t-il ? L’ingénieur Mesnil avait même été un des instigateurs du badge qui avait fait, un temps, trembler les hiérarques du Comité international olympique.

Et puis, il a bien fallu reprendre la perche et le chemin des meetings. Là, ce fut une succession de ratés pour l’une des rares chances de podium de l’athlétisme français à Pékin. À tel point que début juin, Romain l’Albigeois lançait un premier avertissement : « Il faut que je stoppe mes réflexions par rapport à cette question des droits de l’homme. J’y mets une telle part émotionnelle que ça devient perturbant. Je risque d’aller dans le mur. »

Depuis, Mesnil a finalement redressé la barre et retrouvé des hauteurs plus conformes à son potentiel (5,71 m fin juillet à Albi). Sûrement parce qu’il a fait le choix de ne penser qu’à ses jambes et qu’il ne se prend plus la tête. « J’ai dit ce que je pensais, mais maintenant je suis passé à autre chose », confiait-il le 18 juillet au moment du Meeting Gaz de France de Saint-Denis.

Bref, c’est droit devant lui qu’il regardera le 20 août, jour des qualifications de la perche à Pékin. Et tant pis si les Chinois l’ont dans le collimateur : « De toute façon, je ne crois pas qu’ils me connaissent. Et si je suis surveillé, je ne m’en rendrai même pas compte. » Aux dernières nouvelles, Mesnil ne portera pas à Pékin de bracelet aux couleurs des anneaux olympiques.

Aucun commentaire: