Voici un blog consacré à l'athlétisme, son actu, les athlètes pro comme les amateurs, les techniques, les championnats et tout ce qui s'en rapproche et créer une communauté d'internautes fan d'athlé pour partager des opinions, des objectifs et tout autres info.

N'hésitez pas à donner votre avis dans les différents post, ce blog est fait pour ça :)

vendredi 31 octobre 2008

Diniz sera présent aux 20 km de Paris


Yohann Diniz va effectuer son retour dimanche à l'occasion des 20 km de Paris, qu'il compte boucler en marchant au bénéfice d'une association. Le Rémois n'a plus goûté à la compétition depuis son échec lors du 50 km marche des Jeux Olympiques de Pékin en août dernier. «Je vais marcher pour DEFI (Donnons de l'Espoir Face à l'Inconnu). Ca me permet de faire une petite rentrée», a expliqué Diniz, mercredi.

Le vice-champion du monde 2007 du 50 km marche représentera une centaine de "Défieurs" qui arboreront un maillot rose frappé, au dos, du slogan: «On ne court pas comme des malades, on court pour des malades avec DEFI». Depuis cinq ans, cette association vient en aide aux jeunes adultes gravement malades ou accidentés à réaliser un projet de vie.

Tim Montgomery condamné à cinq ans de prison


L'athlète américain Tim Montgomery, ancien champion olympique suspendu par la justice sportive, a été condamné à cinq ans de prison dans une affaire de trafic d'héroïne.

Montgomery, médaillé d'or en 2000 à Sydney avec le relais 4x100 mètres américain, a été condamné par le tribunal de Norfolk, en Virginie, pour tentative de vente d'héroïne, selon un document judiciaire. Il avait plaidé coupable en juillet dernier.

Montgomery avait battu le record du monde du 100 mètres en 2002 à Paris avec un chrono de 9"78 avant d'être effacé des tablettes pour prise de stéroïdes. Il est suspendu depuis 2005.

En mai dernier, le sprinteur a été condamné à 46 mois de prison pour fraude bancaire et blanchiment d'argent dans une affaire qui impliquait aussi son ancienne compagne Marion Jones, condamnée à six mois de prison.

Bientôt la course de l'heure de Gebre



Il ne s'arrête jamais. Alors qu'il vient d'améliorer son record du monde du marathon à Berlin (2h03'59''), Haile Gebreselassie envisage désormais de s'attaquer à celui de l'heure... qu'il détient déjà ! L'Ethiopien espère améliorer la marque établie en 2007 à Ostrava (21,285 km).

La tentative devrait avoir lieu le 1er juin prochain à Hengelo, sur le sol de son manager, Jos Hermens. A bientôt 36 ans, celui qui a déjà battu 25 records du monde ne semble donc pas rassasié.

Marial Mbadjock rejoint John Smith à Los Angeles


Martial Mbandjock, demi-finaliste à Pékin sur 100m, a décidé de quitter le Team Lagardère et son entraîneur Guy Ontanon pour rejoindre John Smith à Los Angeles, l'ancien coach de Marie-José Pérec.


Une petite année et puis s'en va. Après avoir passé une saison au sein du Team Lagardère sous la direction de Guy Ontanon, Martial Mbandjock a décidé de changer d'air. Le sprinteur français, dont le record sur 100m est fixé à 10"06 depuis le 25 juillet dernier à Albi, va traverser l'Atlantique et rejoindre la côte ouest américaine : direction la Californie et Los Angeles où l'attend le HSI de John Smith, l'ancien coach de Marie-José Pérec et de Maurice Greene notamment. "J'avais envie de voir autre chose. Ce projet de m'entraîner aux Etats-Unis, je le nourris depuis longtemps. Là, j'ai eu une opportunité, j'ai foncé. Ça ne remet pas en cause ce que j'ai pu faire cette année" , reconnaît Mbandjock dans les colonnes de L'Equipe ce mercredi.

Le désir "d'être poussé, mis en danger à l'entraînement" a motivé son choix d'exil : "Je n'ai rien contre le système (français). Mais quand on regarde le sprint, on voit bien que ce n'est pas en Europe que ça se passe. Les Américains, ils savent pourquoi ils sont là : gagner. Ils ne font pas de cadeaux. Tout est pro du début à la fin. Car être pro, ce n'est pas seulement signer un contrat" . Du côté de Guy Ontanon, l'ancien entraîneur du sprinteur tricolore, la fatalité l'emporte : "Ça fait partie d'un projet personnel, on ne peut pas retenir les gens malgré eux (...) ." Et de rajouter : "A mon sens, nous étions au début d'un cycle. Martial a 9"80 dans les jambes. Je le lui ai déjà dit. Mais on ne peut pas lutter avec sa volonté de repartir dans un groupe où l'opposition sera de haut niveau tous les jours". A noter qu'Ontanon perd un deuxième athlète puisque le spécialiste du 400m, Teddy Venel, fait lui-aussi partie du voyage.

Au printemps dernier, John Smith a été accusé par un soigneur mexicain, Guillermo Heredia, d'avoir fourni en produits dopants l'ancien recordman du monde de la ligne droite, Maurice Greene. Martial Mbandjock ne s'en inquiète pas : "Moi, je ne regarde pas ça. Je vois un palmarès, une continuité dans les résultats. Je m'occupe du terrain, pas des à-côtés. De toute façon, si je vais vite, si je cours en 9"80, on dira que je prends des produits. Je ne me fais plus d'illusions sur les on-dit en athlé. Ça ne me touche plus". Si le Français court un jour en 9"80, le record national (9"99) de Ronald Pognon prendrait alors une sacrée claque...

Fin de partenariat FFA et GDF suez


Le groupe GDF-Suez, qui a mis fin à son partenariat avec la réunion Golden League de Paris/Saint-Denis, a transféré ses parts au sein de la société organisatrice de l'épreuve à la Fédération française d'athlétisme.

Si Lagardère part, la LNA reste



Si Lagardère met un terme à son partenariat avec la Ligue nationale d'athlétisme, le circuit et les contrats qui en découlent ne seront pas remis en question. C'est Bernard Amsalem, président de la Fédération française d'athlétisme, qui l'a affirmé jeudi.

Mais les discussions avec Lagardère ne sont pas finies, dixit Amsalem. « Et on a déjà élaboré un plan B, qui consisterait à revoir des choses à la baisse, à réduire évidemment la voilure », a-t-il enchaîné. Le patron de l'athlé français a également rajouté que, tous les quatre ans, après chaque Jeux Olympiques, certains sponsors cessent leur collaboration avec la Fédération française, alors que de nouveaux partenariats sont signés.

En 2008, Lagardère a apporté 1,15 million d'euros à la FFA, dont un million pour la seule LNA (soit les deux tiers du budget de cette dernière). Cela permet de doter cinq meetings du circuit baptisé... Lagardère. Dix-huit athlètes français sont aujourd'hui sous contrat avec la Ligue.

Selon Bernard Amsalem, un départ éventuel du groupe Lagardère ne serait pas lié au contexte économique mais « à des raisons internes ».

L'entorse du poignet

Qu'est-ce qu'une entorse?
Une entorse est la lésion d'un ou plusieurs ligaments - sans déplacement de l'articulation (luxation).

La lésion peut aller d'un simple étirement (entorse bénigne) á la rupture totale (entorse grave) en passant par la déchirure de quelques faisceaux (entorse de gravité moyenne)

Les ligaments relient un os á un autre pour former une articulation. Ils sont constitués de plusieurs faisceaux et sont peu extensibles.
Lors d'un traumatisme (choc, mouvement contraire), l'articulation peut se retrouver dans une position qui dépasse son amplitude naturelle, entraînant une lésion douloureuse.
L'entorse bénigne est aussi appelée " foulure ". Voir l'animationQu'est-ce qu'une entorse de poignet?
Une entorse du poignet est la lésion des ligaments reliant les os du carpe entre eux, ou avec le radius et les métacarpiens. Elle peut se produire dans des circonstances banales ou dans le cadre d'une activité sportive.

Le réflexe d'amortir une chute avec la paume de ses mains peut provoquer une mise en hyper-extension de l'articulation du poignet. Les ligaments qui maintiennent les osselets du poignet sont soumis á un étirement dépassant leurs limites naturelles : c'est l'entorse.
L'entorse peut aussi survenir, mais de manière beaucoup plus rare lors d'une chute sur le dos de la main avec le poignet en flexion. Attention, une entorse du poignet peut parfois s'accompagner d'une fracture du scaphoïde, ou de l'un des 8 autres osselets du carpe (poignet).
Voir l'animationLe traitement orthopédique
La solution orthopédique a pour but la diminution de la douleur (antalgie) et la cicatrisation des ligaments. En fonction de la gravité de l’entorse et elle va du strapping aux orthèses d’immobilisation : orthèses thermoformables sur-mesure et orthèses de série de poignet ou de poignet-pouce.
Le poignet est mis dans une position anatomique neutre qui permet d’obtenir un équilibre des tensions ligamentaires.

Il est important d’accepter que le poignet soit immobilisé pendant une période afin qu’il cicatrise dans la bonne position. Si ce n’est pas le cas, la main perdra sa force.

jeudi 30 octobre 2008

Le kinesio Taping Strapping révolutionnaire


Le Kinesio Taping n'est pas seulement une technique de strapping. C'est une nouvelle approche concernant les désordres musculaires, tendineux, ligamentaires et circulatoires. Le Kinesio Taping permet également de réduire considérablement les inflammations, œdèmes et lymphoedèmes. L'application de Kinesio Taping permet de réduire les délais de récupération et induit un traitement 24h/24H.
Constat : les muscles ne sont pas seulement responsables des mouvements du corps, mais aussi un vecteur de la circulation sanguine et lymphatique. Cette compression stimule également les mécanorécepteurs de la douleur. Le strapping traditionnel exerce une augmentation de pression au niveau des lésions et limite considérablement les mouvements articulaires tout en réduisant la circulation sous cutanée.

Principe : Kinesio Taping est totalement différent. Le Kinesio Taping permet une liberté de mouvement totale et fonctionne comme une pompe stimulant la circulation lymphatique.

Résultat : réduction de la pression et de l'irritation des récepteurs sous cutanés. Le Kinesio Taping réduit l'inflammation, la fatigue musculaire, la douleur.

Indications thérapeutiques :

- lésions musculaires, contusions, hématomes

- périostite

- tendinites d'Achille, rotulienne, de la coiffe des rotateurs

- récupération après une entorse

- syndromes douloureux d'épaules

- instabilité d'épaule et acromio-claviculaire

- algodystrophie, retour lymphatique

Bande de 5 m x l. 5 cm




Prix: Euro16.20

A pékin environ un athlète sur 10 blessé à Pékin, selon le CIO


Près d'un athlète sur 10 a dû être soigné à cause d'une blessure aux Jeux olympiques de Pékin, a annoncé le Comité international olympique (CIO) jeudi.

Plus de la moitié des 1.055 blessés ont été handicapés par des problèmes au pied ou à la jambe et au moins une centaine d'entre eux ont été victimes de blessures à la tête, selon des chiffres basés sur les rapports médicaux de 92 des équipes nationales en lice.

Environ trois quarts des blessures, le plus souvent des élongations à la cuisse et des entorses de la cheville, ont été contractées en compétition.

Les sports les plus dangereux pour la santé des Olympiens ont été la boxe, le football, le handball, le hockey, le taekwondo et l'haltérophilie.

C'est une équipe d'experts médicaux du CIO qui a réalisé cette étude, une première aux JO d'hiver et d'été. Un rapport détaillé sera publié et distribué à toutes les équipes nationales

La chute de l'athlétisme français


À la Bourse du sport français, le cours de l'action athlétique n'en finit plus de dévisser. Valeur stable jusqu'aux Jeux olympiques d'Atlanta en 1996 avec le doublé de Perec et le titre de Galfione, l'athlétisme tricolore a ensuite vu ses actifs sombrer. Zéro médaille aux J.O. 2000 de Sydney, puis deux de bronze à Athènes en 2004 et une seule d'argent cet été à Pékin. La petite entreprise bleue connaît bien la crise. Mais dans ce genre de circonstances, la lecture statistique s'accompagne souvent de querelles sémantiques. " Pour moi, il y a plutôt le feu et beaucoup de gâchis ", estime Guy Ontanon, directeur du Team Lagardère Athlé. " Cette grosse maison où rien ne bouge ressemble de plus en plus à l'Éducation nationale ", ose le marathonien Dominique Chauvelier, ancien international. " Je pense qu'il faut donner un bon coup de pied là-dedans ", poursuit la sprinteuse Muriel Hurtis.

Au banc des accusés

" À Pékin, il n'y a pas eu d'échec ni de déroute de la part de l'équipe de France, tempère Franck Chevallier, le directeur technique national de la Fédération française d'athlétisme (FFA). Nos résultats n'ont peut-être pas été à la hauteur de nos ambitions, mais à quelques centièmes près [Baala, Doucouré et Djhone étaient proches du podium, ndlr], nous aurions été salués comme un grand sport. " Il n'empêche, le butin reste bien maigre et les athlètes ont rapidement été expédiés sur le banc des accusés. À plus ou moins juste titre. " Certains athlètes doivent faire preuve d'humilité, reconnaît Bernard Amsalem, le président de la FFA. Mais il ne faut pas les pointer du doigt. Car c'est le système obsolète et sclérosé sur lequel repose le sport français depuis les années 60 qui a fabriqué des individus immatures et pas toujours conscients de leurs devoirs. "



Sur les 35 athlètes engagés en individuel à Pékin, seuls 9 ont accédé à la finale
et 6 sont parvenus à battre leur record personnel sur le tartan du Nid d'oiseau. " Ils ont manqué de mordant, insiste Franck Chevallier. Il va falloir trouver des solutions pour qu'ils se transcendent en compétition et qu'ils répondent présents le Jour J. " Et Guy Ontanon d'asséner : " Certains athlètes se disent professionnels mais ne comprennent rien au haut niveau. Ils ne se comportent pas comme des pros dans leur manière de se préparer ou d'aborder un événement comme les J.O. Être pro, ce n'est pas seulement garnir son compte en banque. Ce sont également des devoirs à remplir. Et être pro, ce n'est pas non plus se regarder le nombril en claironnant qu'on a été finaliste des Jeux ou des Mondiaux. Quand on fait du sport, c'est pour gagner. Pas pour être finaliste. " Idéalement placé pour savoir ce qui s'est passé en coulisses, Romain Barras, 5e du décathlon olympique, n'en démord pas. " Il y a une starification du sportif en France. Pour moi, la meilleure sprinteuse de l'Hexagone [Christine Arron, ndlr] n'a, par exemple, pas le niveau de sa notoriété. Quand on fait 11"20 au 100 m, on devrait se faire petite et avoir un comportement exemplaire plutôt que dire que les meilleures sont dopées ! Et c'est le cas d'autres personnes en équipe de France qui se prennent pour les rois de leur cour ! " Plus mesuré, Leslie Djhone, 5e au 400 m à Pékin, reconnaît avoir été " attristé de voir certains athlètes être éliminés sans qu'ils aient pour autant l'air déçu ".

Arrêter le copinage

Mais résumer l'essoufflement de l'athlétisme à ses principaux acteurs serait aussi simpliste que de mettre le réchauffement de la planète sur le dos de la fondue savoyarde. À Pékin, la pseudo-grande famille de l'athlétisme français a offert une image déplorable de son sport. Invités à cohabiter au sein du collectif national, les 33 cadres techniques n'ont pas pu s'empêcher de régler leurs comptes. À tel point que ces querelles d'ego ont fini par plomber autant l'ambiance que la dynamique de groupe. " Il y a trop de personnes qui oeuvrent pour leur intérêt personnel ", lâche Guy Ontanon. " Il y a un manque évident de cohésion au sein de l'équipe de France, confie Hurtis. Ça se sent, et je l'ai vu. Certains entraîneurs arrivaient à monter les athlètes les uns contre les autres. " De son côté, Bernard Amsalem n'en démord pas. S'il est réélu, dans deux mois, à sa propre succession à la tête de la Fédération, son chantier prioritaire visera à détacher les athlètes des pôles et des groupes d'entraînement personnalisés " qui donnent l'image d'un individualisme forcené ", pour les réorienter vers l'esprit de club. Quant aux coaches intégrés à l'équipe de France, " il ne faut plus les recruter sur l'affectif ou le copinage. Il faut leur faire signer des chartes d'engagement de quatre ans avec des objectifs précis en termes de résultats. " La plaisanterie, en effet, a suffisamment duré.

Mesnil pour le passeport biologique dans l’athlétisme

Le perchiste français va défendre son idée auprès de l’IAAF, alors que se réunit samedi à Monaco la commission des athlètes.

Mesnil : "Etre à la pointe de la lutte antidopage..."



Le perchiste français Romain Mesnil souhaite que l’athlétisme suive le cyclisme dans l’adoption d’un programme de suivi des sportifs, connu sous l’appellation du Passeport biologique, permettant de prévenir les dérives du dopage. Le passeport biologique est actuellement en préparation par l’Union cycliste internationale qui prévoit de le rendre opérationnel pour la saison 2009. Il s’agit d’un profil constitué à partir de paramètres sanguins (rapport testostérone/épitestostérone, taux d’hématocrite…). Mesnil, nouvellement élu à la commission des athlètes de la fédération internationale d’athlétisme (IAAF), souhaite que son sport adopte le même programme. Le vice-champion du monde 2007 à Osaka va se rendre samedi à Monaco pour défendre sa proposition. Il s’en explique : « Je vais voir l’IAAF pour évoquer un éventuel passeport biologique comme il s’en fait dans le cyclisme. Il parait que c’est plus délicat dans l’athlétisme parce qu’il a des disciplines très différentes, mais je veux voir si on peut avancer vers un programme de ce genre. Je ne pense pas qu’il y a plus de dopage en athlétisme que dans d’autres sports, mais la chasse au dopage fait qu’on en parle énormément, et c’est vrai qu’il y a quand même beaucoup de tricheurs. L’athlétisme doit être à la pointe de l’antidopage même si encore une fois on n’en n’est au point du cyclisme parce que les filières y sont moins bien organisées. »
Interrogé sur les suspicions qui ont entouré la performance de Mahiédine Mekhissi-Bennabad, après son titre de vice-champion olympique dans l’épreuve du 3000 m steeple à Pékin, Mesnil a invité le Rémois à jouer la transparence avec les instances sportive et antidopage françaises : « (Si j'étais à sa place) je ferais tout pour prouver mon innocence, mais c'est difficile de prouver qu’on est propre dans le dopage. Il faudrait peut-être qu’il se rapproche de la fédération ou de l’agence française de lutte antidopage pour restaurer son image. C’est délicat mais c’est dommageable pour tout le monde. »

Carl Lewis est retenu dans une mission d'évaluation de l'athlétisme américain


Carl Lewis, vainqueur de neuf médailles d'or olympiques au cours de sa carrière, a été retenu pour faire partie d'un comité d'évaluation de sept personnes de la fédération américaine d'athlétisme (USATAF), a annoncé le directeur exécutif de l'organisation, Doug Logan.

Le comité sera chargé d'analyser le processus de sélection de l'équipe américaine, l'entraînement et la préparation pour les grandes compétitions internationales. Ses membres se pencheront aussi sur la performance aux Jeux olympiques de Pékin, en particulier sur l'entraînement et la préparation des équipes de relais.

En Chine, l'équipe américaine d'athlétisme a conquis 23 médailles, le meilleur total de tous les pays en lice. Mais elle a aussi vécu des échecs retentissants en séries des relais 4x100m féminin et masculin à cause de passages de témoin mal négociés.

Parmi les membres du comité figurent également la médaillée d'or Benita Fitzgerald Mosley, le médaillé d'argent Ralph Mann, l'entraîneur de l'équipe masculine aux Jeux de 1992 Mel Rosen et les dirigeants du comité olympique américain Doug Ingram, Steve Roush et Jay Warwick.

Lewis, ancien détenteur du record du monde du 100 mètres, est l'un des seuls athlètes masculins à avoir remporté neuf médailles d'or olympiques en athlétisme.

Fitzgerald Mosley a été médaillée d'or sur 100m haies aux Jeux de Los Angeles en 1984 tandis que Mann a été médaillé d'argent sur 400m haies aux Jeux de Munich en 72.

Deux cents enfants envahissent un stade

e sont 190 enfants de 7 à 10 ans de l'Est varois qui se sont retrouvés sur le stade du collège Léonard-de-Vinci, à l'invitation de l'Entente Pays de Fayence (EPF) athlétisme, alors que l'édition 2007 ne réunissait qu'une centaine de participants. Quatre-vingt-quinze poussins (nés en 1998 et 1999) et 105 éveils (nés en 2000 et 2001) venant des clubs d'athlétisme de Draguignan, Fréjus-Saint-Raphaël, golfe de Saint-Tropez et Pays de Fayence ont pu participer aux neuf épreuves individuelles. Les enfants se sont ensuite retrouvés par catégorie pour une épreuve d'endurance par équipe. Le président de l'EPF athlétisme, Guy Burle, encadré des équipes de bénévoles de chaque club, commentait au micro et coordonnait les opérations, heureux du tout récent investissement du club : une vraie sono avec micro HF ! L'un des meilleurs records de la journée était... le saut (en longueur) d'un poussin : 3,80 m !

Egalement consultés par les internautes ayant lu cet article :
Prochaine manifestation

La 4e édition du « Cross du Pays de Fayence » aura lieu dimanche 14 décembre, avec des parcours organisés dans les forêts du Défens à Montauroux. Huit courses différentes, de 1 à 9 km, selon les catégories d'âge, dans la véritable tradition du « cross-country », permettront aux licenciés F.F.A. et aux non-licenciés de passer encore une superbe journée de « sport nature ».

Savoir +

Entente Pays de Fayence athlétisme, 4e Cross du 14 décembre, inscriptions au 06.71.22.63.24

Naoko Takahashi prend sa retraite


L'ancienne championne olympique du marathon Naoko Takahashi a annoncé qu'elle prenait sa retraite.

"J'ai décidé d'arrêter de courir, a déclaré l'ancienne détentrice du record du monde au cours d'une conférence de presse. Je suis tout à fait satisfaite de ma carrière et je n'ai aucun regret."

Takahashi, âgée de 36 ans, a été la première Japonaise sacrée championne olympique en athlétisme, aux Jeux de Sydney en 2000. Elle avait battu le record du monde au marathon de Berlin en 2001 en deux heures, 19 minutes et 46 secondes.

Dibaba et Shihine, se marient

Tirunesh Dibaba, championne olympique du 5.000 m et du 10.000 m à Pékin, et Sileshi Shihine, médaillé d'argent sur 10.000 m, se sont mariés dimanche à Addis Abeba.

La cérémonie, surnommée "le mariage du millénaire", s'est déroulée dans une église orthodoxe, où une messe traditionnelle a été célébrée. Le couple a ensuite paradé dans le centre d'Addis Abeba au sein d'une somptueuse limousine, acclamé par une foule enthousiaste.

Environ 1.000 invités étaient attendus dimanche dans la soirée pour un banquet à l'hôtel Sheraton de la ville

Mesnil pour une nouvelle image des athlètes


Par la voie de son président, Romain Mesnil, le Syndicat des athlètes français, a lancé un appel ce mardi pour améliorer l’image de l’athlétisme tricolore sensiblement écornée depuis l’échec des derniers Jeux olympiques. "Le syndicat des athlètes ne peut laisser cette image se dégrader alors que l’athlétisme et la plupart des athlètes véhiculent des valeurs d’humilité, de dépassement de soi et de plaisir dans l’effort. Nous souhaitons faire en sorte que ces valeurs soient celles de l’avenir de l’athlétisme dans un contexte de professionnalisation", estime le perchiste dans un communiqué avant d’alerter les futurs candidats à l’élection de la présidence de la FFA qui devront prendre "en compte ces avis et exposer à la famille de l’athlétisme un plan clair de restructuration et de communication de la Fédération."

Marion Jones "j'aurais gagné sans dopage"


Marion Jones ne savait pas qu'elle prenait des produits interdits et reste persuadée qu'elle aurait remporté ses cinq médailles aux Jeux olympiques de Sydney en 2000 même sans dopage.

L'ancienne sprinteuse a purgé six mois de prison pour mensonge à des procureurs fédéraux enquêtant sur l'utilisation d'un stéroïde anabolisant, la THG, dans l'athlétisme américain.

"Je n'ai jamais pris consciemment des produits pour améliorer mes performances", a-t-elle déclaré dans une interview accordée à l'animatrice de télévision Oprah Winfrey et diffusée mercredi.

Marion Jones, qui a dû rendre ses cinq médailles au Comité international olympique après ses aveux, a dit se souvenir du moment où elle a choisi de mentir quand les enquêteurs fédéraux lui ont présenté un flacon de THG.

"Je savais que j'avais pris ce produit, j'ai pris la décision de mentir et de tenter de dissimuler les faits", a-t-elle poursuivi dans cet entretien, le premier depuis sa sortie de prison.

L'ancienne athlète regrette de ne pas s'être accordée cinq minutes de réflexion et de ne pas avoir parlé avec ses avocats. Si elle a reconnu le produit présenté par les enquêteurs, elle ne savait pas qu'il était interdit au moment où on lui en a fourni, a-t-elle assuré.

PLEURS

"(Il y avait des) moments où j'avais l'impression d'être plus dynamique sur la piste (...), où je me sentais vraiment en forme", a dit Jones dans cet entretien enregistré vendredi dernier.

Elle imputait ces sensations à son entraînement intensif et aux compléments alimentaires qu'elle consommait. Elle s'attendait à être en grande forme dans une année olympique.

"Rien ne me semblait différent", s'est-elle souvenue. "Je me sentais forte, je me sentais puissante." Comme elle s'était toujours sentie supérieure physiquement depuis son plus jeune âge.

Marion Jones repense parfois à ses courses et se demande si elle les aurait gagnées sans dopage. "En général, je réponds oui. Je considère encore que j'aurais gagné", a-t-elle dit.

Les moments les plus douloureux en prison ont été les anniversaires de ses enfants de cinq et un ans.

Durant l'interview, elle a pleuré en lisant une lettre qu'elle leur a adressée depuis sa cellule.

A 33 ans, elle a dit ne plus avoir à se cacher derrière "Marion Jones l'athlète" et s'est dit impatiente de reprendre le cours de sa vie, notamment l'éducation de ses enfants.

"Je suis intimement persuadée que la raison pour laquelle j'ai commis cette effroyable erreur et quelques autres par la suite, c'est que je ne m'aimais pas suffisamment pour dire la vérité

Liu Xiang irait voir un psychologue


Le champion du monde du 110 mètres haies Liu Xiang a peut-être besoin de voir un psychologue pour oublier sa sortie dramatique des Jeux olympiques de Pékin, pense l'entraîneur national de l'athlétisme chinois.


L'ancien détenteur du record du monde, dont le psychodrame de l'abandon sur blessure dès les séries a ému la Chine en août, devait s'envoler mercredi aux Etats-Unis pour consulter des médecins sur son talon d'Achille.

"Le problème de Liu Xiang n'est pas seulement son talon d'Achille mais aussi le doute dans sa tête", a dit Feng, cité dans les colonnes du journal China Youth Daily.

"Liu a l'air détendu et semble aller bien mais en fait, les Jeux ont eu un impact psychologique énorme sur lui."

"Son entraîneur, sa famille et ses amis lui ont donné des conseils et ça aide. Cependant, cela fait longtemps que nous travaillons avec des athlètes et nous savons comment ils pensent, nous lui adjoindrons un psychologue si besoin", a poursuivi Feng.

Selon son entraîneur personnel Sun Haiping, le jeune homme de 25 ans pourrait ne jamais revenir au niveau qui lui a permis de devenir champion olympique en 2004 et champion du monde en 2007.

"Même les experts ne peuvent dire s'il guérira complètement un jour", a dit Sun au journal Titan Sports.