Voici un blog consacré à l'athlétisme, son actu, les athlètes pro comme les amateurs, les techniques, les championnats et tout ce qui s'en rapproche et créer une communauté d'internautes fan d'athlé pour partager des opinions, des objectifs et tout autres info.

N'hésitez pas à donner votre avis dans les différents post, ce blog est fait pour ça :)

jeudi 30 octobre 2008

Marion Jones "j'aurais gagné sans dopage"


Marion Jones ne savait pas qu'elle prenait des produits interdits et reste persuadée qu'elle aurait remporté ses cinq médailles aux Jeux olympiques de Sydney en 2000 même sans dopage.

L'ancienne sprinteuse a purgé six mois de prison pour mensonge à des procureurs fédéraux enquêtant sur l'utilisation d'un stéroïde anabolisant, la THG, dans l'athlétisme américain.

"Je n'ai jamais pris consciemment des produits pour améliorer mes performances", a-t-elle déclaré dans une interview accordée à l'animatrice de télévision Oprah Winfrey et diffusée mercredi.

Marion Jones, qui a dû rendre ses cinq médailles au Comité international olympique après ses aveux, a dit se souvenir du moment où elle a choisi de mentir quand les enquêteurs fédéraux lui ont présenté un flacon de THG.

"Je savais que j'avais pris ce produit, j'ai pris la décision de mentir et de tenter de dissimuler les faits", a-t-elle poursuivi dans cet entretien, le premier depuis sa sortie de prison.

L'ancienne athlète regrette de ne pas s'être accordée cinq minutes de réflexion et de ne pas avoir parlé avec ses avocats. Si elle a reconnu le produit présenté par les enquêteurs, elle ne savait pas qu'il était interdit au moment où on lui en a fourni, a-t-elle assuré.

PLEURS

"(Il y avait des) moments où j'avais l'impression d'être plus dynamique sur la piste (...), où je me sentais vraiment en forme", a dit Jones dans cet entretien enregistré vendredi dernier.

Elle imputait ces sensations à son entraînement intensif et aux compléments alimentaires qu'elle consommait. Elle s'attendait à être en grande forme dans une année olympique.

"Rien ne me semblait différent", s'est-elle souvenue. "Je me sentais forte, je me sentais puissante." Comme elle s'était toujours sentie supérieure physiquement depuis son plus jeune âge.

Marion Jones repense parfois à ses courses et se demande si elle les aurait gagnées sans dopage. "En général, je réponds oui. Je considère encore que j'aurais gagné", a-t-elle dit.

Les moments les plus douloureux en prison ont été les anniversaires de ses enfants de cinq et un ans.

Durant l'interview, elle a pleuré en lisant une lettre qu'elle leur a adressée depuis sa cellule.

A 33 ans, elle a dit ne plus avoir à se cacher derrière "Marion Jones l'athlète" et s'est dit impatiente de reprendre le cours de sa vie, notamment l'éducation de ses enfants.

"Je suis intimement persuadée que la raison pour laquelle j'ai commis cette effroyable erreur et quelques autres par la suite, c'est que je ne m'aimais pas suffisamment pour dire la vérité

Aucun commentaire: