Voici un blog consacré à l'athlétisme, son actu, les athlètes pro comme les amateurs, les techniques, les championnats et tout ce qui s'en rapproche et créer une communauté d'internautes fan d'athlé pour partager des opinions, des objectifs et tout autres info.

N'hésitez pas à donner votre avis dans les différents post, ce blog est fait pour ça :)

samedi 1 novembre 2008

L’Afrique francophone est capable de produire de grands champions en demi-fond et en fond

L’absence de grands champions dans les épreuves de demi-fond et de fond en Afrique francophone est moins liée à un problème de manque d’entraîneurs ou d’athlètes de talent qu’à un déficit de volonté et d’engagement au sein des structures dirigeantes dans ces pays, a confié à APA Hemimi Hadj Sahraoui, un expert de la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF).

« L’Afrique francophone est capable de produire de grands champions dans le demi-fond et fond », martèle-t-il à l’issue d’un stage de deux semaines ayant pris fin samedi à Dakar, au Sénégal. Il a regroupé des techniciens de niveau 3 venus de quatorze pays de l’Afrique francophone.

« Le fait actuel (l’absence de grands champions dans les épreuves de demi-fond et de fond en Afrique francophone) n’est ni un problème de manque d’entraîneurs ou d’athlètes capables », poursuit-il, indiquant que « c’est juste une question de volonté et d’engagement au sein des structures dirigeantes ».

« Ce stage entre dans cet objectif qui consiste à faire réveiller les consciences et les mentalités des entraîneurs et des dirigeants pour faire bouger le demi-fond et le fond qui restent en rade par rapport aux autres spécialités », reprend l’expert de l’IAAF.

Réservé aux entraîneurs de niveau 3, ce stage de niveau 4 vise à améliorer le niveau de connaissance des techniciens pour leur permettre d’assurer l’enseignement et un meilleur suivi du demi-fond et du fond en Afrique francophone.

En outre, il suggère la mise à disposition de moyens conséquents pour faire bouger les choses et atteindre les objectifs.

« Si l’on compare ce qui se fait en Afrique par rapport aux autres continents, comme l’Europe ou l’Amérique, on voit que les autres font beaucoup plus dans la formation, dans les infrastructures, dans la motivation de athlètes et des encadreurs », explique Hemimi Hadj-Sahraoui, indiquant que « chez nous, rien n’est fait dans ce sens-là. Sinon peu pour pousser les jeunes vers cette spécialité et insister auprès des formateurs travaillant généralement dans le bénévolat à consacrer plus de temps à l’enseignement de l’athlétisme ».

Les épreuves du demi-fond et du fond sont dominées au niveau mondial par les athlètes de l’Afrique de l’Est (notamment ceux de l’Ethiopie, du Kenya et de l’Erythrée), les Algériens ou les Marocains.

« L’athlétisme africain a prouvé lors des derniers Jeux olympiques à Pékin et en d’autres occasions qu’elle fait partie de la crème mondiale », rappelle l’expert de l’IAAF, préconisant de « continuer le travail et de voir tous les domaines qui nécessitent d’autres efforts et des investissements pour maintenir le cap, voire aller plus loin ».

Aucun commentaire: